Vie locale

Annet-sur-Marne ► L’arrivée de plus de deux cents caravanes inquiète les habitants

La municipalité d’Annet-sur-Marne a tenu, jeudi 28 juin, une réunion à l’espace Claude-Pompidou sur la prévention de la délinquance avec la brigade de gendarmerie d’Esbly. L’arrivée de caravanes des gens du voyage inquiète la cinquantaine de participants.

Selon un comptage de la gendarmerie, 305 voitures et 237 caravanes sont stationnées depuis jeudi 21 juin sur des terrains en bordure de la RD 404, à l’entrée de la commune. « En journée, des véhicules utilitaires sillonnent le village. La nuit dernière, la caméra de ma maison a enregistré un individu qui tournait autour de ma voiture » grommelle un participant. « Depuis que je suis dans le lotissement Kaufman et Broad, parc de Carrouge, j’ai eu six vols de voiture et effractions. Que comptez-vous faire ? » a lancé un autre à l’attention du maire, Christian Marchandeau.

Installés sur un terrain dangereux

Le maire a expliqué : « Les gens du voyage sont sur un terrain privé. Il faut que le propriétaire porte plainte pour le en déloger. L’année dernière, il y a eu la même chose au même endroit. Il s’agit d’une zone rouge du plan de protection des risques naturels et mouvements de terrains. Ce sont d’anciennes carrières de gypse. Il y a trois étages de galeries, qui s’effondrent. En surface, il y a déjà eu des effondrements. C’est hyper dangereux ».

Il ajoute : « De plus, il y a quinze chevaux sur le terrain. L’année dernière, ils leur tiraient dessus à la carabine pour les éloigner. Cette année, ils ont coupé toutes les clôtures et les chevaux risquent de cavaler sur la départementale ». Christian Marchandeau a annoncé qu’il allait prendre, dès le lendemain, vendredi 29 juin, un arrêté mettant en demeure les gens du voyage d’avoir à quitter le terrain sous quarante-huit heures. Une copie sera adressée au sous-préfet de Meaux.

Les cambriolages en légère hausse depuis deux ans

Dans le village, les cambriolages sont en légère hausse par rapport à 2016. En 2017, ils s’élevaient à 9 pour 1 000 habitants, la commune comptant 3 246 âmes. Depuis le début de l’année, un cambriolage et un vol à main armée ont pu être résolus grâce à l’action combinée des témoignages de voisins et de la vidéo-protection.

La majeure partie des intrusions ont lieu pendant la journée et les trois-quarts concernent des résidences particulières. La plupart des cambrioleurs passent par la porte d’entrée, une fenêtre ou baie vitrée. Après cinq minutes de vaine tentative, les cambrioleurs abandonnent. « Les relations de bon voisinage constituent l’un des secrets de la prévention » a précisé l’adjudant-chef Ghislain Chapuis. « En cas de cambriolage, n’hésitez pas à appeler la gendarmerie. Ne touchez, ne bougez et ne rangez rien : plus les lieux seront intacts et plus grandes seront les chances de trouver des indices » a-t-il ajouté.

Les habitants peuvent également indiquer leur absence aux forces de l’ordre en s’inscrivant à l’Opération tranquillité vacances (OTV). De même, la participation citoyenne, ex-dispositif Voisins vigilants, permet de signaler tout comportement suspect et d’établir un dialogue entre la municipalité, les habitants et la gendarmerie.

Trente-cinq caméras de vidéo-protection

La commune est couverte par trente-cinq caméras de vidéo-protection. « Le matériel ancien va être entièrement remplacé par des caméras Sony de nouvelle génération. Même si la délinquance reste modérée pour un petit village comme le nôtre, nous ne pouvons nous en satisfaire » insiste Christian Marchandeau. Les caméras permettront aussi de lutter contre les décharges sauvages.

Création d’un poste de policier municipal

La municipalité va embaucher un policier municipal. Son recrutement est en cours et il devrait prendre ses fonctions d’ici deux mois. Un deuxième est pressenti l’année prochaine, « si le budget le permet » a précisé le maire. L’agent disposera d’un véhicule et d’un local dédié, où sera affecté le CSU (Centre de supervision urbain), actuellement implanté dans la mairie. En tant que référent sécurité, le policier municipal fera l’interface avec la gendarmerie d’Esbly.

Le maire est demandeur de plus d’informations « en temps réel » de la part des habitants sur les actes délictueux, via le site de la mairie, mais aussi de la gendarmerie, dont une cartographie de la délinquance sur sa commune.

La brigade territoriale de gendarmerie d’Esbly couvre quatorze communes, dont Annet-sur-Marne. Pour remplir ses missions, elle dispose de trente-et-un militaires et de six véhicules.

 

Partagez notre article
Share
Post précédent

Meaux ► Deux galas et cinq cents personnes pour les cinquante ans du club de gymnastique

Post suivant

Bussy-Saint-Georges ► Finances : la municipalité affiche "une gestion saine et équilibrée"

Serge Moroy

Pas de commentaire

Ajouter une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.