Vie locale

Charny ► Camp médiéval : échoppes et métiers d’autrefois ont côtoyé le marché aux fleurs

[Galerie photo]

Un camp médiéval a été monté pour la première fois à Charny. Les échoppes et métiers d’autrefois dans le parc du château ont côtoyé le traditionnel marché aux fleurs installé place de l’Eglise, dimanche 13 mai.

Les habitués du marché aux fleurs ont découvert pour la première fois un village du Moyen-Âge à Charny. Le maire, Xavier Ferreira, explique : « Nous innovons chaque année en proposant une animation nouvelle en marge du marché aux fleurs. Il s’agit pour nous d’apporter une plus-value à notre rendez-vous annuel ». A quelques encablures de l’église, des échoppes tenues par des passionnés costumés comme à l’époque ont ainsi vu le jour. Etabli autour de la forge tenue par l’association Les forges de la Brume, le campement  a restitué une ambiance médiévale en présentant différentes activités : tissage, menuiserie, calligraphie.

Les voyageurs venus du XXIe siècle ont même pu profiter de l’art culinaire de l’époque des seigneurs en dégustant des tartines de terrine ou de pancetta de sanglier. Pour les plus jeunes, des jeux en bois et des promenades en poneys étaient proposés.

Le marché aux fleurs

Les jardiniers amateurs avaient soigneusement coché la date du 13 mai sur leur agenda. Jean-Marc et Marie-Claire Laumain, qui ne manquent jamais le rendez-vous, ont déclaré : « Nous sommes des fidèles du marché aux fleurs. Nous l’attendons toujours  avant de réaliser nos plantations de printemps afin de bénéficier des conseils des horticulteurs. Au fil du temps, une relation de confiance s’est instaurée avec les producteurs. Nous sommes même allés dans le Loiret visiter les pépinières de Bernard Desnoues, exposant  de longue date et devenu depuis, notre fournisseur officiel de rosiers ».

Heureux hasard du calendrier, le 13 mai correspondait également à la fin des « Saints de Glace » qui, selon la tradition populaire, marque l’ultime offensive du froid et ouvre la période de plantation des fleurs et des légumes.

Les amateurs d’art floral ont ainsi pu profiter de l’occasion pour visiter la dizaine de stands tenus par des professionnels venus de Normandie, du centre de la France ou du sud du département. Jonas, venu de Meaux, a indiqué : « J’ai fait l’acquisition de suspensions pour mes balcons et j’en ai même profité pour faire affûter mes outils de jardinage dans l’atelier mobile de Carl Valissan, affûteur nouvellement installé à Claye-Souilly » 

 

 

Partagez notre article
Share
Post précédent

Jablines-Annet ► Le raid des Douze Lacs a fait mordre la poussière aux participants

Post suivant

Meaux ► Association Meaux Environnement : "Il faut redynamiser la braderie de Meaux"

Stéphanie Moraux

Pas de commentaire

Ajouter une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *