Vie locale

Chessy ► Autisme : le salon international a renseigné les parents des enfants handicapés

Le centre de convention de Disney Newport Bay Club, à Chessy, a accueilli le salon international de l’autisme, vendredi 6 et samedi 7 avril. Les visiteurs ont pu rencontrer des professionnels, assister à des conférences d’experts  et participer à des ateliers spécialisés.

Sur les deux jours, plus d’une vingtaine de conférences étaient au programme. A la portée de tous, les sessions ont abordé des thématiques variées : dépistage précoce, inclusion scolaire, décryptage de la douleur, insertion à l’emploi, recherche, sommeil  et alimentation.

Régis Jacques, a fait le déplacement de Meaux. Il indique : « Mon fils, Valentin, a 11 ans. Il est atteint de troubles du spectre autistique. J’ai pu échanger avec les associations et des professionnels dans le village des exposants. Le salon a l’avantage de concentrer en un même lieu une mine d’informations et d’outils pratiques. J’ai par exemple découvert une  montre connectée qui permet de se repérer dans les activités quotidiennes à l’aide de pictogrammes. Valentin entre au collège en septembre prochain. L’appareil lui sera vraiment  utile pour l’aider à planifier ses tâches ».

Zoom sur Isted, une association seine-et-marnaise

Le salon a également mis en lumière de nombreuses associations de terrain comme l’association Isted (Intégration scolaire et troubles envahissants du développement). Fondée en 2002 à Bellot, l’association aide à la scolarisation d’enfants autistes. La présidente, Annie Hanras,  explique : « L’accès à l’éducation et à l’instruction est fondamentale pour améliorer le comportement, l’autonomie, la vie sociale et éviter un sur-handicap. Il est nécessaire de former des partenariats avec l’Education nationale, d’obtenir des auxiliaires de vie scolaire et de développer un travail de collaboration entre l’équipe pédagogique et tous les intervenants. Lorsque l’inclusion scolaire se met en place durablement, avec des enseignants volontaires et du personnel d’accompagnement, les progrès de l’enfant sont visibles ».

Plan autisme 2018

Depuis quelques années, les gouvernements successifs ont fait de l’accompagnement des personnes souffrant de troubles du spectre autistique une priorité de santé publique.

A l’occasion de sa visite au salon de Chessy, le premier ministre, Edouard Philippe, a dévoilé les mesures du 4e plan autisme qui sera doté de 340 millions d’euros sur 5 ans et dont l’objectif poursuivi est une meilleure intégration des autistes dans la société française.

L’une des innovations réside dans la création, à partir du 1er janvier 2019, « d’un forfait intervention précoce »​ qui permettra de faire prendre en charge par l’Assurance maladie des séances avec des thérapeutes (psychomotriciens, neuropsychologues, ergothérapeutes..) dès les premiers troubles détectés.

Par ailleurs, le gouvernement prévoit de tripler le nombre de places en unités d’enseignement en maternelle (UEM), des petites classes destinées aux enfants ayant besoin d’un soutien renforcé. De nouvelles classes spécialisées doivent être également ouvertes en primaire, collège et lycée.

Qu’est ce que l’autisme ?

L’autisme est un trouble envahissant du développement qui affecte les fonctions cérébrales. Aujourd’hui, il n’est plus considéré comme une affection psychologique ni comme une maladie psychiatrique.
L’autisme se caractérise par un isolement, une perturbation des interactions sociales, des troubles du langage, de la communication non verbale et des activités stéréotypées avec restriction des intérêts.Trois éléments cumulatifs caractérisent ainsi l’autisme : un trouble de la communication, une perturbation des relations sociales et des troubles du comportement.
Les premières manifestations apparaissent avant l’âge de 3 ans. C’est la raison pour laquelle la précocité du diagnostic est devenue un enjeu majeur afin de permettre une prise en charge adaptée dès le plus jeune âge.
Mêmes si les troubles du spectre autistique ne se guérissent pas, pour beaucoup d’enfants, les symptômes s’améliorent avec le traitement et l’âge. En grandissant, certains enfants atteints d’autisme finissent par mener une vie normale ou quasi-normale.
Le constat est à modérer sachant que la sévérité des symptômes est très variables d’un individu à l’autre et que les troubles du spectre autistique peuvent parfois être accompagnés d’autres problématiques (retard psychomoteur ou intellectuel, épilepsie…).

 

Partagez notre article
Share
Post précédent

Moussy-le-Neuf ► Le marché sous la halle a soufflé ses cinq bougies

Post suivant

Charny ► Cocci Market : Patrick Desettre passe la main à sa fille

Stéphanie Moraux

Pas de commentaire

Ajouter une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *