Sortir

Courtry ► Expo du 9 au 22 mars : Nguyen Tay ou l’aquarelle en soi

SORTIR –

Nguyen Tay est un artiste vietnamien de 29 ans. Il réside à Mitry-Mory et s’est lancé un nouveau défi : peindre sur de la soie.

Le pari est courageux quand on connaît toute la difficulté de l’entreprise. Les visiteurs pourront admirer les œuvres à l’hôtel de ville de Courtry, du jeudi 9 au mercredi 22 mars.

Déjà, lors du salon des amateurs d’art de Saint-Thibault-des-Vignes, en avril 2015, Tay avait reçu le prix du public pour la meilleure œuvre dans sa catégorie de prédilection : l’aquarelle.

L’expérience lui a ouvert de nouveaux horizons, en même temps qu’elle a enrichi sa palette créative. Pratique ancestrale, la peinture sur soie reste une technique méconnue en Occident. « L’aquarelle est une matière qui demande beaucoup de maîtrise. Quant à la soie, la moindre erreur est fatale » explique-t-il. Précis et agile, son pinceau donne vie à ses modèles féminins, en osmose avec un élément naturel, comme il est de tradition dans la culture extrême-orientale, ou à une icône symbolique : libellule, fleur de lotus, grue, camélia.

Associer soie et aquarelle est une entreprise complexe, mais Tay a ses petits secrets. Ainsi,  dans son atelier à Bondy (Seine-Saint-Denis), il utilise un peu de miel pour faire tenir la peinture. Et, si l’on en juge par les visiteurs agglutinés devant ses créations, ses peintures n’attirent pas que les abeilles.

« Je dois tout à ma mère »

Mais d’où provient son inspiration ? Sa mère était couturière à Binh-Thuan, petit village à 200 km au sud-est de Saïgon [Ndlr : rebaptisée Hô-Chi-Minh-Ville en 1975].  En rentrant de l’école, Tay aimait flâner parmi les étoffes soyeuses aux couleurs chatoyantes qui envahissaient l’atelier maternel. « Suite au départ du père, elle a dû assurer l’éducation de ses trois enfants en même temps que le rôle de chef de famille » confie Philippe, un admirateur qui possède déjà trois œuvres de l’artiste mitryen. « C’est vrai. Par son dévouement et son acharnement au travail, maman m’a permis d’aller au bout de mes études » reconnaît Tay qui a fini major de sa promotion à l’université d’architecture. Il est arrivé en France en janvier 2015.

Aquar’elles

L’artiste a souhaité inscrire sa démarche dans le prolongement de la journée internationale de la femme (célébrée mercredi 8 mars). Sensible et pudique, il y rend hommage à sa mère restée au Vietnam qui, en plus d’être sa muse, reste « la femme de sa vie ».

Le vernissage de l’exposition aura lieu mercredi 8 mars, à 19 heures.

Du jeudi 9 au mercredi 22 mars, salon d’honneur de l’Hôtel de Ville de Courtry – Du lundi au vendredi de 9 heures à 12 heures et de 13 h 30 à 17 h 30. Samedi de 9 h 30 à 12 heures. Entrée libre.

www.nguyentayartist.com

Sous les grenadiers, aquarelle sur soie (60 x 80 cm).

Sous les grenadiers, aquarelle sur soie (60 x 80 cm).

 

 

Partagez notre article
Share
Post précédent

Marne et Gondoire ► En bref

Post suivant

Chelles ► Canicross, dimanche 26 février : un sport qui gagne du terrain

Serge Moroy

Pas de commentaire

Ajouter une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *