Vie locale

Lagny-sur-Marne ► Incident au parc des sports : les musulmans priés d’aller ailleurs

Le maire de Lagny-sur-Marne, Jean-Paul Michel, a mis fin à la convention avec l’association musulmane Al-Andalus, jeudi 31 mai. Celle-ci portait sur la mise à disposition d’un terrain durant la période du ramadan.

Dans le parc des sports, les tentes servant de lieu de prière aux musulmans ont été démontées, jeudi suite à des « comportements inadaptés de quelques personnes mettant en danger la sécurité d’autrui ».

C’est un couac dans les relations entre la jeune association musulmane Al-Andalus, créée au mois d’avril, et la municipalité. « Une minorité de personnes fréquentant le lieu de culte nuit à la majorité des musulmans de Lagny ! » s’indigne le maire, dans un communiqué qu’il a publié jeudi 31 mai sur le site internet de la ville.

Dans son communiqué, il poursuit : « A plusieurs reprises, des individus se rendant en direction du lieu de culte temporaire ont enfreint les règles. Il leur avait été clairement signifié qu’il était interdit de passer à proximité de l’école Fort-du-Bois. Cela n’a pas été respecté au point de perturber les professeurs des écoles ».

Un véhicule a forcé l’entrée du parc

La situation s’est aggravée lorsqu’un véhicule a forcé, lundi 28 mai, l’entrée du parc des sports, qui reste interdit à la circulation, pour se garer près du lieu de culte temporaire, tandis que cent-vingt élèves accomplissaient une course d’orientation alentour. La Ville a aussitôt porté plainte contre le conducteur qui a été identifié. Son interpellation est en cours. « Ce sont des comportements qui nuisent à l’image des musulmans de Lagny et compliquent les relations avec les institutions que sont l’Etat et la ville » conclut Jean-Paul Michel dans son communiqué.

« Le problème fondamental n’est pas ce qui s’est passé aujourd’hui, mais ce qui s’est passé lundi. C’est la sécurisation du parc des sports qu’il faut revoir dans sa globalité » a confié à Magjournal Michael Lopez, élu d’Objectif Lagny, groupe d’opposition municipale.

Depuis la fermeture de la mosquée fin 2015

Le ramadan, période de jeûne sacré chez les musulmans, a débuté jeudi 17 mai et se terminera mi-juin, avec la fête de l’Aïd el-Fitr ou rupture du jeûne.

Début décembre 2015, l’État avait ordonné la fermeture de la mosquée de Lagny, gérée par la précédente association fondée en 2010 par Mohamed Hammoumi. Ce dernier y prêchait en effet un islamisme radical incitant au djihad, mais aurait quitté la France pour l’Egypte fin 2014.

Le casse-tête des prières de rue

Créée le 15 avril dernier, Al-Andalus, la nouvelle association latignacienne, avait réussi à rétablir une relation de confiance avec la mairie. Mais après cet incident et le démontage consécutif des deux tentes dédiées au culte des fidèles, les prières de rue pourraient faire leur retour dans le quartier d’Orly Parc et sur la place Marcel-Rivière, et ce avant la fin du ramadan.

Le maire avait déjà eu l’occasion d’interpeller, sans succès, les services de l’État sur le problème récurrent dans sa ville.

 

 

Partagez notre article
Share
Post précédent

Meaux ► Energie renouvelable et paysage : Jean-François Copé veut une ville "encore plus verte" avant 2020

Post suivant

Villeparisis ► Des parents d'élèves veulent davantage de sécurité aux abords de l'école Barbara

Serge Moroy

Pas de commentaire

Ajouter une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.