Vie locale

Mary-sur-Marne ► Le groupe Riccobono, nouveau propriétaire de l’imprimerie H2D, fera imprimer les magazines sur le site

Guillaume Riccobono, le dirigeant du groupe qui a repris l’imprimerie H2D de Mary-sur-Marne, a détaillé les activités du site, lundi 23 juillet, lors d’une rencontre à la pyramide jean-Didier, l’ancien siège de l’entreprise.

L’imprimerie renommée Hélioprint va fabriquer les magazines Version Femina et Figaro Madame à partir du 1er janvier. Guillaume Riccobono indique : « Nous avons reçu l’engagement de nos clients de rapatrier la production de la Belgique au site de Mary-sur-Marne ou à y conforter leur plan de charge ». Il s’agit pour l’imprimeur de l’Obs, Marianne, Télérama ou Notre Temps qui produit 90% des journaux en France, de poursuivre sa diversification vers les magazines et de se renforcer sur le marché de l’impression des brochures publicitaires. Huit millions d’investissement ont été prévus pendant un an pour « améliorer la productivité et faire des économies d’énergie ». Le repreneur précise : « Nous allons installer du matériel moderne et productif. Nous pourrons proposer à nos clients de faire le brochage et le routage ici  afin d’optimiser nos locaux ». 

Rachat du site avant août 2020

La communauté de communes du Pays de l’Ourcq (CCPO) s’est, de son côté, engagée à racheter le foncier dans un délai de deux ans. Pierre Eelbode, le président, déclare : « Le propriétaire nous a autorisés à faire une étude d’impact. La période permettra de budgétiser l’acquisition et de faire faire les travaux par le propriétaire sans avoir à passer par les procédures de marché public, qui peuvent prendre beaucoup plus de temps et coûter plus cher ». L’achat du terrain a été évalué à trois millions d’euros. Le président assure également de la solidité du projet : « Les éditeurs vont vers des sites où ils sentent qu’il y a de la pérennité ».

Les élus ont aussi souligné « l’attitude positive » du personnel de l’imprimerie. Pierre Eelbode précise : « Nous avions l’équivalent d’un ‘Whirlpool’ mais nous avons réussi à trouver un point d’équilibre grâce à la concertation entre l’investisseur, les salariés et les élus, ce qui a permis de sauver le site ». Le personnel avait validé le plan de reprise du groupe Riccobono à 85% des voix. La commune de Mary-sur-Marne n’a, pour sa part, pas augmenté les impôts locaux pour ne pas aggraver la charge fiscale de l’entreprise.

D’autres nouvelles activités

Jean-François Parigi, le député de la sixième circonscription, remarque : « Il s’agit du début de la reconquête économique du Pays de l’Ourcq. Il y a une conscience du potentiel du territoire. D’autres dossiers arriveront ».

Le CCPO réfléchit en effet à d’autres projets d’installation de nouvelles activités. Le site de l’ancienne imprimerie Didier-Mary s’étend sur 32 hectares de locaux industriel et 66 000 mètres carrés de bâtiment administratif. « Nous travaillons avec le Département et l’Etablissement public foncier d’Ile-de-France pour améliorer en particulier l’empreinte énergétique du site par l’installation de panneaux photovoltaïques » a fait savoir Pierre Eelbode. La pyramide Jean-Didier, les anciens bureaux de l’entreprise, a déjà été transformée en centre de soin et de culture.

 

 

 

Print Friendly, PDF & Email

Partagez notre article
Share
Post précédent

Mitry-Mory ► Attention au repérage par les cambrioleurs

Post suivant

Meaux en juillet

Sun-Lay Tan

Pas de commentaire

Ajouter une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.