Marne et GondoireVie locale

Jablines-Annet ► Ile de loisirs : au canicross, les chiens ont fait courir leur maître

[Galerie photo]

Le centre équestre de l’île de loisirs de Jablines-Annet a accueilli, samedi 20 octobre, un canicross. La course a été proposée pour financer la construction de foyers pour chiens.

Samedi, la course s’est déroulée sur un parcours de 5,4 km et, à l’arrivée, les chiens semblaient bien moins fatigués que les humains. Il était prévu un parcours d’initiation de deux kilomètres et une « cani-marche ».

La manifestation a été préparée avec l’aide du Cani-Dynamite de Coulommiers et du canicross de Vendée. Alexandre Erpagne, co-animateur avec Mathilde Le Roux, explique : « Le canicross est un sport apprécié en Angleterre, dans le nord et l’ouest de la France. La course d’aujourd’hui est au profit de l’association Créole and Co qui vient au secours de chiens aux Antilles. Il y a là-bas beaucoup de chiens sans propriétaire, et beaucoup sont maltraités, servent d’appâts pour la pêche aux requins ou de « chiens-sonnette », c’est-à-dire qu’ils sont attachés à l’entrée d’un jardin pour avertir d’une arrivée. Mais ils sont souvent « oubliés » là et meurent. Alors les gens en prennent un autre, puisqu’il y en a beaucoup ».

La participation au canicross s’est faite sans droit d’inscription, mais il était demandé à chaque coureur ou marcheur de verser un don au profit de Créole and Co. L’aide aux chiens et leur transport en métropole coûtent cher, même si souvent des hôtesses de l’air acceptent d’en convoyer un. Ils sont ensuite proposés à l’adoption, comme le chiot de quatre mois mais qui fait déjà le double d’un caniche adulte présenté par Mathilde Le Roux. Il grandira encore, mais il est doux et amical. Il cherche un foyer accueillant où il se fera un plaisir de faire faire un peu d’exercice à son futur maître ou à sa future maîtresse.

Le canicross est une épreuve sportive dans laquelle le chien impose son allure à son maître. Le chien porte un baudrier spécial lui permettant de tirer avec tout son corps et non pas seulement avec le poitrail, et celui-ci est relié au coureur humain par une laisse extensible, attachée autour de la taille par un baudrier. Le chien ne doit jamais se trouver derrière « son humain », au plus avec les pattes avant au niveau de la cuisse de celui-ci. Il est formellement interdit de tirer un chien qui n’irait pas assez vite et des commissaires de course surveillent attentivement ces points. Tous les chiens peuvent participer, il n’y a pas de catégorie en fonction de la taille ou de la race de l’animal.

 

 

 

Partagez notre article
Share
Post précédent

Brou-sur-Chantereine ► La Ville recherche des documents sur la Grande Guerre

Post suivant

Meaux ► Gendarmerie : le chef d’escadron Alban Delalande est le nouveau commandant de compagnie

Patrice Le Palec

Pas de commentaire

Ajouter une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *