Marne et GondoireVie locale

Lagny-sur-Marne ► Manifestation contre les pesticides de synthèse : « Des molécules sournoisement introduites en France » 

La Clé du sol, Amap (Association pour le maintien d’une agriculture paysanne) basée à Carnetin et affiliée au collectif Vivrement autrement en Marne et Gondoire, a appelé à l’interdiction de tous les pesticides de synthèse, vendredi 1er février, à Lagny-sur-Marne.

Le rassemblement du collectif écologique s’est tenu sur la place de la fontaine, au cœur de la ville. La soixantaine de participants entendait dénoncer « la destruction du vivant », c’est-à-dire la disparition des oiseaux, des abeilles et autres insectes indispensables pour assurer la pollinisation des végétaux, ainsi que les risques sur la santé avec l’utilisation généralisée des pesticides de synthèse, dont le glyphosate.

« Des molécules sournoisement introduites en France »

Daniel Enselme, président de la Clé du sol, Amap créée en juin 2008 et affiliée au collectif Vivrement autrement en Marne et Gondoire, explique : « Les atermoiements de la présidence de la République nous incitent à nous faire entendre. Le délai de trois ans, délai au-delà duquel les pesticides seraient interdits, est remis en cause. Or, au même moment, de nouvelles molécules sont sournoisement introduites en France ».

Vendredi, en fin d’après-midi, les écologistes ont ainsi échangé avec les passants et recueilli une centaine de signatures. « L’événement sera reconduit le premier vendredi de chaque mois, à la même heure, c’est-à-dire à partir de 18 h 30 » a indiqué Daniel Enselme.

Les militants ont appelé à signer la pétition du collectif « Nous voulons des collectifs » (voir notre article), afin d’obtenir l’interdiction de tous les pesticides de synthèse en France.

A ce jour, la pétition a recueilli plus de 502 000 signatures.

https://nousvoulonsdescoquelicots.org/l-appel/

 

 

 

 

Partagez notre article
Share
ADP 2019
Post précédent

Aéroports de Paris ► Les sénateurs ont voté contre la privatisation de la société

Post suivant

Juilly ► Une mère de famille accouche à domicile : un mois après, c'est l'opération "faire-part" [Vidéo]

Serge Moroy

Pas de commentaire

Ajouter une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.