Seine-et-Marne ► « Le Charles-de-Gaulle Express ne doit pas entraver le développement des lignes seine-et-marnaises »

Communiqué, mercredi 12 décembre

Le conseil d’administration d’Ile-de-France Mobilités, réuni ce mercredi, a voté un amendement déposé par la présidente d’IDFM, Valérie Pécresse, dans lequel il est demandé à l’Etat de garantir impérativement que les travaux de réalisation de cette ligne rapide reliant Roissy à Paris ne dégradent pas la qualité de service sur les autres lignes de transport, déjà très difficilement maintenue.

« Je soutiens pleinement la démarche de Valérie Pécresse, souligne Patrick Septiers, président du département de Seine-et-Marne et vice-président d’Ile-de-France Mobilités. Le CGD Express, à 24 euros par trajet, n’a aucune utilité pour les Seine-et-Marnais et pour les transports du quotidien. Cette liaison constitue même un risque de dégradation de la qualité de service des lignes qui desservent nos territoires. Le CDG Express ne doit pas pénaliser les lignes du réseau Francilien (notamment RER B et Transilien K) ni freiner leurs développements rendus nécessaires par la forte dynamique démographique de la Seine-et-Marne. Nous voulons également avoir des garanties quant à la réalisation de la ligne 17 Nord du Grand Paris Express dans les délais prévus. Cette ligne reliera Paris au Mesnil-Amelot et transportera 80 000 usagers chaque jour, soit cinq fois plus que le CDG Express. La réalisation de la ligne 17, qui a déjà été reportée de 2024 à 2030, est indispensable pour le nord de la Seine-et-Marne ».

Patrick Septiers, président du Département.

 

 

 

Publié dansLes communiqués

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

Ils adhèrent

ilsadherent2

L'agenda

Horoscope

Sudoku

Vous souhaitez contacter Magjournal

01 60 61 79 96
 

Le mensuel n°31 : les solutions des jeux

Lire les mensuels

Go to top