Courtry ► David Douillet et Emilie Le Pennec au baptème du dojo Pierre Etienne

Les deux champions ont attiré le public au baptème du dojo Pierre Etienne. L'événement s'est déroulé vendredi 2 octobre à Courtry. David Douillet, double champion olympique de judo, avec son aisance naturelle n'a pas manqué à sa tradition de serrer la main du plus grand nombre. "Il est impressionnant et vraiment abordable" commentait un ado, les yeux encore brillants d'émerveillement, téléphone portable en main avec les images de sa rencontre mémorable enregistrées.

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=A_Gy_XJuHbM&w=560&h=315]

David Douillet, aux côtés du maire, Xavier Vanderbise, du sous-préfet de Torcy, Gérard Branly, du député, Yves Albarello, du président du conseil départemental, Jean-Jacques Barbaux et de nombreux autres élus, a baptisé le complexe sportif à Courtry qui porte désormais son nom, en même temps que le dojo baptisé Pierre Etienne. Le médaillé olympique a dévoilé la plaque au nom du maître connu de tous les judokas courtrysiens.

Younès, un membre du club de Courtry, se souviendra aussi toute sa vie de ce jour où David Douillet lui a attaché sa ceinture noire. Le jeune sportif ne fait du judo que depuis trois ans. Son ascension fulgurante rappelle celle du double médaillé olympique. "C'est un garçon qui a beaucoup de talent. Il ira très loin, j'en suis sûr" a ainsi confié l'ancien pensionnaire de INSEP, découvert par Jean-Luc Rougé, le premier champion du monde dans la discipline.

Un nouvel ensemble comprenant un stade de football en synthétique et une salle de gymnastique aux agrès a été inauguré en même temps. Il porte le nom d'Emilie Le Pennec, championne olympique aux agrès aux JO d'Athènes en 2004. L'installation a été inaugurée par la championne elle-même.

[gallery type="rectangular" size="medium" ids="10913,10919,10917,10915,10914"]

 

Mitry-Mory ► La ville accueillera une famille de migrants 

Le conseil municipal de Mitry-Mory s'est réuni jeudi 1er octobre et a voté pour l'accueil d'une famille de migrants dans la ville. Ni la date d'arrivée des réfugiés ni le lieu dans Mitry n'ont encore été déterminés. Il était uniquement question pour le conseil, à la séance de jeudi, d'acter l'accord de principe.

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=BEUk5hgKId8&w=560&h=315]

"A Mitry-Mory, nous avons placé cette année sous le signe de la paix. Nous pensons que la paix passe par l’échange, la connaissance de l’autre, la solidarité et le partage. Au contraire le repli sur soi, l’individualisme et la jalousie ne font qu’augmenter les tensions, les divisions et fracturent chaque jour un peu plus notre tissu social" s'est justifiée le maire, Charlotte Blandiot-Faride.

"Néanmoins, ajoute-elle,  l’Etat ne peut décentraliser son élan de solidarité sur les communes sans y participer financièrement, d’autant que la baisse des dotations précarise toujours plus l’équilibre des exercices budgétaires des villes".

L'édile tente d'attirer l'attention de l’Etat. Le maire souhaiterait une réunion d’urgence en préfecture de Seine-et-marne pour organiser, coordonner et suivre l’accueil de ces familles.

Mitry-Mory, conseil municipal

Meaux ► Le sous-préfet a reçu quarante naturalisés français

Quarante habitants du nord de la Seine-et-Marne ont été reçus à la sous-préfecture de Meaux. A l'issue de la cérémonie, leur nouvelle nationalité était officielle.

[youtube https://www.youtube.com/watch?v=1vWqXwsM9QI&w=560&h=315]

 

Ils sont marocains, maliens, tunisiens, sénégalais ou chinois... Après avoir reçu le livret d'accueil pour devenir français, qui rappelle les grands principes de droit et les valeurs françaises, et après un test sur leurs connaissances historiques et géographiques, ils ont été invités à la sous-préfecture pour recevoir un document officialisant l'acquisition de la nationalité française.

Jeudi 1er octobre à 15 heures précises, le sous-préfet de Meaux, Jean-Noël Humbert a remis à Hassan, Mohamed, Boubacar, Djahid, Latifa et trente cinq autres habitants seine-et-marnais, le document qu'ils attendaient avec impatience : "Acquérir la nationalité française n'est pas un acte banal. Il était important de marquer la remise du certificat par une cérémonie" explique le sous-préfet. "C'est un grand jour pour moi et ma famille : ce document est l'aboutissement d'un long parcours pour devenir français" explique un récipiendaire.

[gallery type="slideshow" columns="2" size="large" ids="10854,10853,10851,10847,10848,10849,10850"]

 

Mitry-Mory ► Les lutteurs mitryens à Prudhoe, ville minière en Angleterre

Des lutteurs de Mitry-Mory ont visité les mines de Prudhoe à l'occasion d'un séjour en Angleterre et de la course "Pudhoe miners 10K" où ils ont obtenu d'honorables scores. Ils étaient partis dimanche 27 septembre pour participer à la course populaire organisée par la ville de jumelage anglaise près de Newcastle. Christophe Hingand, président de Mitry-lutte, indique : « Il s’agit d’une ancienne ville de mineurs, qui a gardé de fortes traditions ouvrières avec un savoir vivre exceptionnel, allié à un accueil toujours des plus chaleureux. Malheureusement, le mouvement sportif peine à survivre car il doit louer les équipements sportifs pour les entraînements, ce qui entraîne une hausse du coût des licences. C’est dommage ».

Malgré tout, les dynamiques « Councillors » de la mairie continuent à faire vivre une tradition typiquement anglaise :  la course à pied.

La « Prudhoe Miners 10K » est une course de 10 km (pour les grands) avec des côtes très raides qui n'ont pas de mal à rompre la monotonie. Un parcours de 3 km pour les jeunes et un de 1,5 km pour les enfants étaient prévu également. Les Mitryens se sont illustrés dans le top dix des arrivées. On a pu remarquer deux positions dans le top 5 pour les jeunes avec Yanis et Clara sur le 3 Km.

Marianne Margaté, 1re adjoint au maire de Mitry, lutteuse et membre du club mitryen avec une maîtrise jaune, a donné le signal du départ et a remis les récompenses à l’arrivée des courses. Chaque Mitryen a été accueilli dans une famille anglaise. Il semble que certains adultes aient laissé des souvenirs aux barmen des différents pubs de la localité. « Il faut bien faire vivre le commerce local... Encore une fois nos lutteurs et lutteuses n’ont rien lâché, ce qui est bien l’essentiel » confie Christophe.

[gallery type="rectangular" size="medium" ids="10934,10933,10932,10931,10930"]

 

Octobre ► la météo d'Alain Opoix, cultivateur

Alain Opoix est cultivateur à Boutigny. Toute sa vie il a observé les nuages, l'orientation du vent, la sécheresse, la pluie, le soleil, la lune... Et toute sa vie il a prédi le temps. Cette fois, il le fait en vidéo pour magjournal.

Le week-end prochain et "un peu après" :

Trucs et astuces ► Aussi longtemps que vivent les fleurs

Si vous voulez que vos bouquets de fleurs coupées restent beaux "jusqu'au bout", il faut veiller aux détails qui pourraient coûter la vie aux plus robustes.

D'abord, ne placez pas le vase de fleurs dans un courant d'air : les fleurs ont horreur de ça. Ensuite, elles craignent aussi la chaleur, alors évitez la proximité d'un radiateur en hiver ou de les installer trop proches de la cheminée.

Les fleurs n'aiment pas non plus la fumée, les buées et les odeurs de produits chimiques (qui traduisent les émanations). Evitez ainsi de placer un cendrier sous un bouquet - bien qu'on fume de moins en moins à l'intérieur. De même dans la cuisine ou dans la salle de bain, les fleurs coupées fanent vitesse grand V.

 

La petite recette du week-end ► Le pavlovas aux fruits

CUISINE - Voilà une nouvelle recette douceur, pour vous faire du bien. Ne vous en privez pas, c'est léger... avec des fruits. Bon d'accord, il y a un peu de mascarpone et un peu de sucre, mais si peu ! Et c'est pour quatre personnes...

Pour le pavlovas aux fruits, il vous faut : 2 blancs d'œufs, 100 g de sucre semoule, 1 cuillerée à soupe de maïzena, 1 cuillerée à soupe de jus de citron, un demi ananas, une demi mangue bien mûre, un citron bio. Vous pouvez ajouter un kiwi, pour ceux qui n'y sont pas allergiques - il faudra qu'on parle de ça un jour - ou si vous préférez d'autres fruits, allez-y, tout est bon ! En ce moment, on trouve de délicieuse poires bien juteuses. C'est la saison ! En plein été, il y aussi les fraises et les framboises. Pas mal non plus !

Pour la recette, prenez encore une cuillerée à soupe de miel, 125g de mascarpone, 20 g de sucre glace.

Préchauffez votre four à 100° (thermostat 3 ou 4). Battez les blancs en neige avec le jus de citron, saupoudrez le sucre semoule et la maïzena et battez encore jusqu'à ce que la meringue soit bien ferme et bien brillante.

Tapissez une plaque de papier sulfurisé. Formez 8 tas avec la meringue et creusez légèrement le centre avec une cuillère. Laissez cuire au four pendant 1 h 30 à 2 heures puis laissez durant 6 heures dans le four éteint.

Coupez vos fruits et si vous ajoutez des zestes de citron non traité, vert ou jaune, lavez-les avant de les râper. Mélangez les fruits avec le miel, le zeste et le jus de citron.

Fouettez le mascarpone avec le sucre glace et répartissez le mélange dans les creux des meringues. Disposez ensuite les fruits coupés en cubes, lamelles, ou sous la forme qui vous plaira. Servez aussitôt, le pavlovas ne saurait attendre, vos papilles non plus !

 

Le coin mag ► Les charençons font des ravages

MAG - Les charençons sont des petits animaux tous petits mais nous n'aimons pas du tout les avoir dans nos placards. On se demande toujours comment ils ont pu entrer dans nos paquets de farine, riz, pâtes, pois chiches, flocons d'avoine... C'est vrai, ils ne sont pas "ragoûtants" et plutôt même dégoutants.

Ce sont des insectes de la famille des coléoptères. Ils se repèrent assez vite quand on fait un tout petit peu attention.

Ils mesurent de 2 à 4 mm, sont noirs, parfois rouges, allongés, à dos plat et avec de petites pattes.

Le développement des charançons s’effectue à l'intérieur du grain.

Madame Charançon pratique un trou dans un grain, y dépose un œuf puis rebouche le trou par du mucilage qui durcira à l'air. La larve du charançon va creuser une galerie au travers du grain et élargir celle-ci au fur et à mesure de sa croissance. Au cours de ce développement, l'intérieur du pois chiche, du grain de riz ou du haricot sera consommé.

Le charançon devenu adulte sortira du trou pour se reproduire à son tour. Ne restera alors plus qu’un haricot ou un pois chiche troué, vidé de sa substance, mais contenant des déjections... Beurk... Pas terrible à la cuisson...

haricots et charençons

Les provisions de pâtes, riz, haricots blancs ou pois chiches, apparemment saines, peuvent être totalement infestées et bonnes à jeter !

Dans un premier temps, avant de les éradiquer, il vous aura fallu les déceler.

Les charançons craignent les chocs. Versez le riz, les haricots ou les pâtes dans un bocal transparent. Fermez le bocal, secouez-le ; après quelques instants, les charançons apparaîtront.

Si vous en voyez, vous pouvez les éliminer par le froid. Sortez vos provisions par temps froid, ou entreposez-les (dans un bocal fermé, c’est plus prudent) au réfrigérateur : au-dessous de 10° C, le développement des charançons sera bloqué. Vous n'aurez plus qu'à les retirer, avec les doigts ou à la pince à épiler.

Vous pouvez aussi les éliminer par le chaud. Faites cuire haricots, riz et pâtes dans de l’eau bouillante. Les charançons remontant à la surface, il ne vous restera qu'à écumer puis à les éliminer. En dehors de rares problèmes allergiques, ils ne représentent réellement aucun danger à la cuisson pour l'Homme.

Si vos produits sont vraiment trop infestés, ils sont bons pour la poubelle. Evitez d'utiliser un aspirateur pour ramasser la farine contaminée par exemple, ainsi que pour nettoyer vos étagères et placards. Si vous ne pouvez pas faire autrement, nettoyez de fond en comble à l’aspirateur les placards, sans oublier les alentours, plinthes, et toutes les fentes que vous trouverez dans les murs. Puis, jetez le sac de l’aspirateur dans un autre sac poubelle que vous fermerez soigneusement et débarrassez-vous en au plus vite.

 

Meaux ► Visite princière au musée de la Grande Guerre

C'est en petit comité que le prince Albert II de Monaco est venu visiter le musée de la Grande Guerre à Meaux, jeudi 1er octobre. Le maire, Jean-François Copé, accompagné de Jean-Pierre Verney, historien à l’origine de la collection, et de Michel Rouger, directeur du musée, a fait découvrir la Grande Guerre sur les 3 000 m2 du musée au monarque monégasque.

Le prestigieux visiteur aura apprécié la diversité de la collection unique en France, située sur le territoire historique de la Bataille de la Marne. En effet, ainsi que le prince le souligne, "son arrière-grand-père, le prince Louis II (1870-1949), s’est engagé dans l’armée française en 1914 et sa grand-mère, la princesse Charlotte (1898-1977), a servi comme infirmière dans les hôpitaux temporaires pour les blessés de guerre".

 

 

Coutevroult ► Fauché par une voiture sur l'autoroute

Le conducteur d'une camionnette a succombé à ses blessures ce matin après avoir été héliporté à l'hôpital Henri-Mondor à Créteil (Val-de-Marne). Il avait été fauché par une voiture sur l'autoroute A4.

L'accident s'est produit jeudi 1er octobre à 15 h 30 à hauteur de Coutevroult. Le pilote d'une moto est tombé après avoir heurté une palette de bois qui se trouvait en plein milieu de la chaussée. Le motard a pu se relever et est allé se réfugier derrière la glissière de sécurité comme le recommandent les consignes de prudence.

La camionnette est arrivée peu de temps après et le conducteur a positionné son véhicule devant la moto restée au sol. Les deux hommes ont commencé à redresser l'engin mais c'est à ce moment qu'une voiture est survenue, réussissant à éviter la camionnette mais pas la moto qu'elle a percuté ainsi que le conducteur de la camionnette.

 

 

Où trouver la version papier

Présentation1 1

 

 

 

Recevez le mensuel dans votre boîte aux lettres : abonnez-vous

Ils adhèrent

ilsadherent2

Horoscope

Sudoku

Vous souhaitez contacter Magjournal

01 60 61 79 96
 

Le mensuel n°45 : les solutions des jeux

Lire les mensuels

Go to top
X

Copie interdite

Le plagiat est le fait de reprendre à son compte le texte d’un auteur sans le citer, de présenter les textes comme les siens en copiant-collant sur le web l’ensemble du texte, et parfois même les images d’illustration et les vidéos qui les accompagnent. Le plagiat est donc le pillage des œuvres d’autrui. Cette pratique est illégale et punie par la loi pour atteinte au droit d’auteur. Sur un site internet, l’ensemble des textes, images, vidéos, graphismes sont protégés par la loi sur la base du code de la propriété intellectuelle.