Roissy Pays de FranceVie locale

Mitry-Mory ► Philippe Laloue se rallie à Laurent Prugneau en vue des municipales de 2020

Laurent Prugneau, chef de file du groupe UDI à Mitry-Mory, a rassemblé ses sympathisants, à l’espace Louise-Michel, mercredi 30 janvier. Sous la bannière « Un destin mitryen », il a reçu le soutien du groupe LR au conseil municipal et prépare les élections de 2020.

Les deux chefs de file, Laurent Prugneau à l’UDI (Union des démocrates et Indépendants) et Philippe Laloue aux LR (Les Républicains) se sont mis d’accord. Philippe Laloue se rallie à Laurent Prugneau.

Philippe Laloue a déclaré : « Laurent Prugneau mène une action que nous soutenons. Il peut y avoir quelques différences, mais de l’épaisseur d’une feuille de papier à cigarette. L’année va être cruciale car elle nous mènera vers le scrutin de 2020. Nous espérons faire enfin tomber le mur communiste qui entoure Mitry-Mory depuis près d’un siècle ».

Laurent Prugneau a égratigné  la politique de Charlotte Blandiot-Faride, le maire PCF, « héritière de Corinne Dupont ». Entouré de son équipe, Laurent Prugneau n’a pas mâché ses mots, mercredi soir : « Voilà cinq ans que nous vous représentons à Mitry-Mory, avec la difficulté pour l’opposition d’exister et d’être reconnue par tous. Cinq ans de mépris, d’attaques, d’insultes de la part de la municipalité, surtout à mon égard. Il y a urgence de passer à une autre époque, à une autre politique, pour mettre fin au clientélisme, au népotisme et à l’inégalité entre les habitants ».

La réalité du Grand Roissy

Il a réaffirmé l’importance de l’aéroport CDG pour la ville : « Demain, notre territoire, c’est l’extension de l’aéroport, avec le projet dit T4 à l’horizon 2033 et une capacité de cent à cent-vingt millions de passagers annuels, soit quarante millions de passagers supplémentaires ». Selon lui, l’aéroport générera vingt milliards d’euros d’investissements privés, déjà acquis, avec plus de cent-milles emplois à la clé : « C’est aussi une garantie de ressources indispensables pour notre ville, y compris grâce à Europa-City pour financer, demain, notre centre municipal de santé, l’Atalante et d’autres prestations… »

« Les limites financières sont atteintes »

Pour Laurent Prugneau, « il n’y a aucun exploit pour une ville disposant de 38 millions d’euros de budget annuel, hors emprunt, de pouvoir en consacrer cinq à ses investissements, y compris scolaires ». Il ajoute, achevant de tacler la gestion budgétaire du maire : « Nos ressources propres, taxes foncière et d’habitation, ne couvrent même plus l’ensemble de nos frais de personnel, soit vingt-trois millions d’euros, en constante augmentation chaque année, dans un contexte fiscal toujours plus incertain. En 2014, nous comptions cinq-cents agents. Après les nombreux transferts de compétences vers l’agglo et l’abandon des TAP (temps d’accueil périscolaire) en 2019, nous dénombrons six-cent-cinquante agents et sous-traitons bon nombre de services. Jusqu’où allons-nous tenir ? ».

 

 

 

 

Partagez notre article
Share
Melun Béatrice Abovillier 2019
Post précédent

Seine-et-Marne ► Sécurité routière : "Les accidents ont été plus nombreux mais beaucoup moins graves"

Post suivant

Chelles ► Enquête parcellaire : le site du fort sera sécurisé et accessible au public plus largement

Serge Moroy

Pas de commentaire

Ajouter une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.