Meaux ► Le Rail club a fêté ses 30 ans

Le Rail club de Meaux a fêté ses 30 ans, samedi 17 et dimanche 18 septembre. La salle des fêtes s'est transformée, le temps d'un week-end, en vaste salle de gare ferroviaire internationale.

L'association du Rail-Club du Pays de Meaux (RCPM) a invité de nombreux clubs et associations de modélisme ferroviaire venant de différents coins de France mais aussi de l'étranger. En effet, l'association meldoise est depuis cette année membre à part entière de l'association européenne « Eurotrack ». Celle-ci promeut le développement du modélisme ferroviaire et réunit douze clubs  de huit pays différents (France, Grande Bretagne, Belgique, Italie - qui n'était pas à Meaux pour l'exposition - Allemagne, Hongrie, Autriche, Pays-Bas). Chaque année, une association est chargée d'organiser l'exposition internationale et pour 2016 c'était à Meaux.

Ferrovipathes et  ferroviphiles
Ferrovipathes et  ferroviphiles, ce sont les termes exacts pour désigner les passionnés du rail.

A la salle des fêtes, un vaste circuit, composé de plusieurs voies ferrées, a été monté par modules mis bout à bout et répondant à  des critères de dimensions strictes (hauteur 101 cm pour une largeur de 61 cm et une longueur de 122 cm chacun).

Les membres du rail-club de Meaux sont chargés de coordonner l'ensemble du  réseau, généralement à l'échelle 1/87e HO pour les puristes, qui s'étendait sur une centaine de mètres quand même.

Au milieu du réseau, une raquette de retournement permettait aux différents trains de repartir en sens inverse. L'ensemble était un concentré d'astuce, de bricolage inventif, et de maîtrise électrique et informatique.

D'autres modules ferroviaires étaient présentés par plusieurs clubs de la région : Goussainville, Provins, Reims, l'amicale des modélistes ferroviaires indépendants pour les amateurs isolés.

Des dioramas étaient proposés au public sur un thème historique, une reconstitution d'un quartier, d'un port de pêche, des scènes de la vie... Les petits découvraient ainsi un monde ludique et enrichissant tandis que les adultes se remémoraient leurs premiers trains électriques.

Des stands, tous en rapport avec le rail, proposaient des ateliers carton, moulage en résine, atelier de soudure...

Michèle Schaffhauser, présidente du RCPM, indique que l'association fait partie de l'Eurotrack Amitié. Tous les clubs qui y sont affiliés se réunissent une fois par an pour leur assemblée générale et une exposition. Tous sont aux mêmes normes quant aux installations qui sont réalisées pour l'occasion. Elle précise : « Tous les membres du club meldois ont participé à l'organisation de ces deux journées. Les bénévoles ont œuvré parfois tard, les nuits précédant l'exposition. Il fallait accueillir les exposants et le public. D'ailleurs nous avons beaucoup de visiteurs !" 

Gérard, adhérent du RCPM depuis quinze ans, présentait une reconstitution d'un port breton, avec bateaux de pêche : « Le sable que j'ai utilisé et les petits rochers sont authentiques. Pour la construction d'une maison, il me fallait en moyenne trois jours pleins. Pour celle de fond [NDLR : sur la maquette], j'ai mis une semaine".

François, quant à lui, membre du club également, présentait son réseau personnel d'une longueur de 7 mètres. « Mon réseau, comme ceux des autres adhérents, peut s'inclure dans le réseau du club ».

Des personnages en carton
Un atelier de fabrication de petits personnages était tenu par Elisabeth et Dominique : « Nous fabriquons des petits personnages à partir de carton ou de... papier toilette. La colle liquide donne la rigidité à l'ensemble pour être ainsi mis en peinture. Au départ, un thème est décidé (reconstitution historique, personnages ou animaux...). Avec les conseils avisés et précis de Robert Gesuelli, membre du rail club depuis 1990 et reconnu au niveau national pour son travail du carton et ses réalisations de saynètes et dioramas, nous avons créé un grand diorama de la gare de Meaux telle qu'elle était en 1914, lors de la bataille de la Marne. Il est exposé au Musée de la Grande Guerre à  Meaux ».

Robert Gesuelli en présente justement un : Le train de Zorro, avec les personnages de la célèbre série dans un décor de la Californie du XIX siècle : « Tout est en carton, montagne, personnages, animaux, sauf le train qui a été acheté dans le commerce ». 

André est un passionné de la miniature. Il s'occupe avec d'autres copains de la partie technique, par la réalisation des connexions, du câblage électrique et souligne :  « Tout comme le vélo, mon autre passion, le modélisme ferroviaire me permet de passer de bons moments partagés dans une bonne ambiance au sein du club ».

Le Rail Club du Pays de Meaux
C'est en juin 1986 que le club a vu le jour. Il est dorénavant fort de 80 adhérents, de 7 à 77 ans, et après quelques vicissitudes (un incendie a détruit les installations qui se trouvaient alors à la Pierre Collinet), le club occupe à présent des locaux à l'espace Clémenceau, 14 avenue Georges-Clémenceau.

RCPM

Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="30990,30988,30989,30987,30986,30985,30984,30983,30980,30982,30981,30979,30978,30976"]

 

Meaux ► Train : la sécurité des femmes en question

Vous êtes une femme et vous empruntez régulièrement le train en gare de Meaux. Venez donner votre avis à l'occasion de la marche exploratoire.

Des représentants de la ligne P et des élus de la commune proposent, mercredi 10 février en gare de Meaux, une « marche exploratoire » destinée aux femmes sur le thème de la tranquillité. Tout au long de cette marche, vous pourrez faire part de votre ressenti, de vos impressions ou de vos craintes.

Comme d’autres villes de Seine-et-Marne, Meaux a signé un protocole avec la SNCF pour mettre en place les marches exploratoires. L’objectif est de donner aux femmes usagers du train la parole et de dresser avec elles un diagnostic de terrain. La ville espère ainsi que les utilisatrices pourront décrire les craintes qu’elles ressentent dans leur quotidien et que la SNCF pourra régler les problèmes soulevés.

La marche se terminera par un échange autour de vos perceptions, de vos attentes et de vos suggestions pour améliorer la tranquillité des usagers du train au quotidien.

Si vous souhaitez participer à la marche exploratoire du mercredi 10 février en gare de Meaux, de 18 à 20 heures, vous pouvez vous inscrire par e-mail à l’adresse suivante : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

La ligne P en quelques chiffres :

85 000 voyageurs et 261 trains par jour

252 km de voies - 36 gares desservies

 

Meaux ► L'homme heurté par le train, mercredi, a succombé

L'homme âgé de 50 ans, demeurant à Meaux, heurté par un train en gare de Meaux mercredi 22 juillet aux environs de 17 h 30, a succombé à ses blessures. Il avait été transporté à l'hôpital de la Pitié-Salpétrière à Paris. (Voir notre précédent article : images/2015/07/23/meaux-%E2%96%BA-un-homme-happe-par-un-train/)

La victime avait été touchée à la tête par une barre d'accès à la rame. En voyant l'homme trop avancé sur le quai, le conducteur du train avait klaxonné pour le faire reculer mais le Meldois n'avait pas bougé, son manque de réaction pouvant être expliqué par le fait qu'il aurait arrêté son traitement médical prescrit pour des problèmes psychologiques.

Meaux ► Un homme happé par un train

L'homme qui s'est fait happer par un train en gare de Meaux, mercredi 22 juillet en fin d'après-midi, a été transporté au centre hospitalier de la Pitié-Salpétrière à Paris. La victime, âgée d'une cinquantaine d'années, ne s'est pas reculée du bord du quai tandis que le conducteur du train klaxonnait à plusieurs reprises. "D'autres voyageurs se sont mis en retrait mais l'homme semblait ne pas entendre le klaxon du train" ont indiqué des témoins.

Il a été heurté au niveau de la tête et était "dans un état dramatique", selon une source policière, quand les secours sont arrivés.

 

 

Mitry-Mory ► En hommage à Maël, ses copains se sont retrouvés

Des élèves du lycée Honoré-de-Balzac, à Mitry-Mory, avec le soutien de la municipalité, ont rendu un dernier hommage à leur camarade de classe et ami, mercredi 13 mai, à la salle Jean-Vilar. Maël, 15 ans, s'est donné la mort en se jetant sous un train, vendredi 17 avril, à la gare de Mitry-Villeparisis.

Sur les enregistrements des caméras de surveillance de la gare, l'ado a été vu, prostré, pendant environ trois quarts d'heure. Son geste n'a pas de sens pour sa famille, ses proches et ses amis. Personne ne comprend l'acte désespéré de Maël et sa famille cherche à savoir. Le drame a plongé l'entourage de l'adolescent dans un gouffre d'interrogation.

La réunion, mercredi, a permis au groupe de musiciens composé de ses meilleurs copains, de jouer une dernière fois pour lui. Sophie, la maman de Maël, explique : « Nous avons voulu faire quelque chose en hommage à mon fils Maël, qui a voulu par ce geste fort, irréversible, montrer une détresse cachée tout au fond de lui-même. Nous n’avons rien vu venir. Ni ses professeurs, ni ses amis, ni sa petite amie, n'auraient pu présumer du drame qui allait se dérouler. Dans les derniers textos qu’il a envoyés aux plus proches, il parlait de personnes qu’il fallait 'réveiller' ».

Mitry Maël

RER ► Cinq adolescentes se couchent sur les rails

Cinq adolescentes ont joué avec leur vie, mardi 28 avril.

Elles se sont couchées sur les rails de la ligne E du RER, à hauteur d’Ozoir-la-Ferrière et se sont prises en photo avec leurs téléphone portable, mode selfie. D’après les autorités, les cinq filles, âgées d’une quinzaine d’années, ont bravé le destin sur le passage à niveau qui traverse la départementale à la sortie de la ville.

C’est par des riverains, atterés mais qui ont eu le bon réflexe, que la SNCF a été prévenue. Par mesure de sécurité, la société a obligé six des trains qui devaient passer par cet itinéraire, à ralentir, occasionnant du même fait jusqu'à une heure et demi de retard pour certains des voyageurs.

Les cinq ados ont été interpellées par la police ferroviaire et confiées aux policiers du commissariat de Pontault-Combault. Elles ont été remises en liberté dans la soirée et une convocation devant le juge leur sera délivrée ultérieurement. La SNCF a déposé plainte.

Accident ► Un train de voyageurs percute un camion chargé de tracteurs

Un accident s'est produit ce matin, à 8 h 40 à Nangis. Le train Intercités 1646, reliant Belfort à Paris, rempli de voyageurs, a percuté un poids lourd qui transportait des tracteurs agricoles. A la suite du choc, plusieurs wagons du train sont sortis des rails.

Le tracteur routier était vraisemblablement en panne sur le passage à niveau.

De nombreux blessés sont à déplorer. Le bilan provisoire fait état de 36 blessés dont deux gravement.

Lors du choc, des rails aurait été arrachées des voies. "Le train a déraillé mais ne s'est pas couché. Il faudra plusieurs semaines de travaux sur les rails" a indiqué la SNCF.

Les autorisations du convoi exceptionnel routier ont, selon les autorités, été déposées dans les normes en préfecture.

Ils adhèrent

ilsadherent2

L'agenda

Horoscope

Sudoku

Vous souhaitez contacter Magjournal

01 60 61 79 96
 

Le mensuel n°36 : les solutions des jeux

Lire les mensuels

Go to top