Pays créçoisVie locale

Quincy-Voisins ► Les croqueurs de pommes de Brie-Gâtinais ont trente ans et de bonnes dents

[Diaporama]

Les Croqueurs de pommes de Brie et Gâtinais ont célébré leur trentième anniversaire à l’espace Jean-Ferrat à Quincy-Voisins.  Samedi 3 novembre, un concours de cidre a été proposé par la confrérie des Goustes-Cidres.

L’anniversaire de l’association Croqueurs de pommes Brie-Gâtinais a attiré, samedi et dimanche,  3 500 personnes. Quinze stands ont présenté différentes variétés de pommes et des produits artisanaux et locaux autour du fruit défendu : cidres, jus, paniers en osier. Les exposants ont également donné des conseils pour l’entretien des arbres fruitiers.

L’événement a été proposé avec la confrérie des Goustes-Cidres de la Brie qui a lancé son concours du meilleur cidre et a rassemblé dix-neuf producteurs. Il s’agissait de la dix-neuvième édition.  Le jury a passé au crible les boissons en fonction de la robe, de la saveur et des bulles et a récompensé les meilleures dans trois catégories : le doux, le brut et le demi-sec.

Un bon cru mais une production en baisse

Régine Gressier, commandeur des Goustes-cidres, faisait partie du jury. Elle a constaté « des crus de plus en plus bons mais une baisse du nombre de compétiteurs due à la faible production » qu’elle impute au changement climatique : « La pomme doit être fraîche pour fermenter mais nous avons connu trois automnes chauds consécutifs et les fruits sont plus secs. Nous avons pourtant la chance d’avoir en Seine-et-Marne des vieilles variétés qui peuvent être utilisées pour faire du cidre car elles ne sont ni trop acidulées, ni trop sucrées ». Le département compterait, selon Régine, deux cents producteurs de cidre indépendants.

La confrérie des Goustes-Cidres de la Brie s’évertue à promouvoir les cidres de la région. Des personnes qui « ont une sensibilité » pour la pomme y sont intronisées chaque année.

Sistronomie

Le cidre ne serait plus une boisson ringarde. Il reviendrait même en force et séduit de plus en plus de grandes tables. Il existe même des cidres de dégustation. Les amateurs en ont fait un art de vivre qu’ils appellent la sistronomie (« sistr » veut dire cidre en breton ») : on le déguste en y associant  une bonne recette : avec des huîtres poire-raifort ou du saumon fumé. Certains chefs l’ont même prévu au menu des fêtes.

Partagez notre article
Share
Post précédent

Seine-et-Marne ► Loi SRU : le président du Sénat annonce le relèvement du seuil d'obligation des 20% de logements sociaux

Post suivant

Bussy-Saint-Georges ► Grande Guerre : la Ville va honorer treize poilus oubliés

Sun-Lay Tan

Pas de commentaire

Ajouter une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.