×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 563

Claye-Souilly ► Anciens combattants et enfants ont célébré l'armistice ensemble

Les enfants du conseil municipal et les anciens combattants se sont retrouvés côté à côte pour célébrer l'armistice. A l’appel de la municipalité, les habitants se sont réunis en nombre devant le monument aux morts, vendredi 11 novembre, et ont honoré la mémoire des Clayois victimes de la Grande Guerre.

Le 98e anniversaire de l’Armistice coïncidait, cette année, avec le 100e anniversaire de la bataille de Verdun, qui a débuté le 21 février 1916, a duré dix mois et fait quelque 600 000 morts ; et celle de la Somme où 20 000 soldats anglais ont été tués dès le premier jour, le 1er juillet 1916.
Le devoir de se souvenir
Après le salut au drapeau et la lecture par les membres du conseil municipal des enfants (CME) des noms des 96 Clayois victimes de la Première Guerre mondiale, Jean-Luc Servières, premier adjoint au maire, a lu le message de Jean-Marc Todeschini, secrétaire d’Etat aux anciens combattants. Celui-ci rappelait que « commémorer le 11 novembre, c’est répondre à la nécessité du souvenir, de l’hommage aux morts et de l’expression de notre reconnaissance ».
Claye-Souilly aux premières loges
Yves Albarello, maire de Claye-Souilly, a enchaîné. « La Grande Guerre s’est déroulée tout près d’ici, autour de Meaux, Monthyon, Villeroy, Chauconin-Neufmontiers, Trilbardou. La tombe de Charles Péguy, cet immense écrivain, ce poète qui faisait honneur à la France le rappelle, à moins de 10 km d’ici. De même, en face, le mémorial du général Gallieni, ce gouverneur militaire français qui envoya au front les célèbres taxis de la Marne » [NDLR : mémorial désormais exposé au musée de la Grande Guerre à Meaux]
Le bien le plus précieux
Le premier élu s’est ensuite tourné vers les membres du CME qui participaient à leur toute première cérémonie. « La liberté dont nous bénéficions n’a pas de prix, soyons-en conscients. Regardons autour de nous. Cela devrait nous inciter à réfléchir sur ce bien, le plus précieux de l’homme, qu’est la liberté. Nous avons la chance de l’avoir. Sachons la conserver en nous unissant sur de vraies valeurs communes, non sur des slogans ou idéologies creuses ».

L’hymne européen (Ode à la joie, de Beethoven) et la Marseillaise, interprétés par les élèves et professeurs du conservatoire municipal de musique, ont clôturé la cérémonie.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="34486,34487,34488,34489,34491,34492,34493,34498,34494,34501,34496,34495,34499,34490"]

 

Publié dansVie locale

Où trouver la version papier

Présentation1 1

 

 

 

Recevez le mensuel dans votre boîte aux lettres : abonnez-vous

Ils adhèrent

ilsadherent2

Horoscope

Sudoku

Vous souhaitez contacter Magjournal

01 60 61 79 96
 

Le mensuel n°52 : les solutions des jeux

Lire les mensuels

Go to top