Claye-Souilly ► Concours d'agility : maîtres et chiens, tous des mordus

[Vidéo]

L’Agility Club Le Pin-Claye a connu, dimanche 4 février, une belle participation avec 97 équipages inscrits à son concours annuel en salle, qui s’est déroulé au gymnase des Tilleuls à Claye-Souilly.

Fidel, berger australien, Malicorne, border-collie, Kali, Husky de Sibérie, Gwendie, berger de Beauce, Gin-Fizz, pinscher allemand… ils n’attendaient que le signal du départ pour s’élancer, dimanche, sur le parcours d’obstacles guidés par leurs maîtres, qui les accompagneront fidèlement. « Pour participer au concours, il faut être inscrit à un club d’agility. On peut pratiquer la discipline avec toutes les races de chiens, qu’ils soient petits ou grands. Il y a 97 équipages répartis en quatre catégories : small, medium, large et molossoïde » explique Philippe Wattecamps, juge venu d’Auxerre (Yonne).

Des foulées de plus de deux mètres

Dans cette dernière catégorie, participait justement Louxor, un dogue allemand âgé de deux ans et demi, un beau bébé de 85 kg et 90 cm au garrot. « C’est exceptionnel car il n’y en a pas beaucoup de chien de ce gabarit dans cette catégorie » renchérit le juge, qui n’a pas résisté à l’envie de prendre le molosse en photo. Véronique Lelong, sa propriétaire, vient des Andelys (Eure). « Louxor a commencé l’agility en septembre 2016 et il en est à son quatrième concours, mais c’est la première fois qu’il court en salle et ses pattes glissent un peu. C’est mon troisième chien et c’est mon deuxième dogue en dix ans d’agility. Je propose à mes chiens de faire de l’agility et on voit tout de suite s’ils aiment ou pas. Louxor, quant à lui, passe partout » confie-t-elle. Pour Louxor, la fin du parcours sera un peu difficile car il a de grandes enjambées et, du coup, les haies sont un peu trop proches. « Il a des foulées qui font plus de deux mètres » explique Véronique.

Le plus petit dans sa catégorie

A l’opposé, Dyabless, caniche toy de neuf ans, est le plus petit des concurrents avec ses 2,7 kg. « On a commencé l’éducation à l’école du chiot quant elle avait trois mois. C’est une petite chienne très active : elle a fait de l’obérythmée [Ndlr : danser avec son chien] et elle est chien médiateur » explique Claire Bellanger, sa maîtresse, qui réside à Chaumes-en Brie. Elle dispose d’une formation de soignante et, après un examen dans une école vétérinaire, va avec Dyabless dans les hôpitaux et les écoles pratiquer la zoothérapie.

« Il faut que le chien s’amuse »

L’agility, c’est d’abord un jeu avant d’être une compétition. Un jeu qui repose sur une grande complicité entre le maître et son chien. Frédérique, venue de Saint-Rémy-les-Chevreuses (Yvelines), le confirme : « Je cours avec Hip-Hop dans la catégorie master. C’est un berger des Shetland âgé de 5 ans. Le principal, c’est que le chien s’amuse ; c’est ça qui est sain dans cette discipline. Cela fait dix ans que je pratique l’agility. Avant, je faisais de l’équitation, mais avec trois enfants j'ai arrêté ». La relève sera assurée avec sa fille Camille, 14 ans, pour laquelle Frédérique prépare déjà Newton, neuf mois, un berger des Shetland également. L'adolescente participera dans deux ans aux concours en tant que jeune conductrice

[gallery type="slideshow" size="large" ids="73383,73387,73386,73384"]

 

 

Publié dans Vie locale

Laissez un commentaire

ils adhèrent

.

Lire les mensuels

Go to top
Nous utilisons différentes technologies, telles que les cookies, pour personnaliser les contenus et les publicités, proposer des fonctionnalités sur les réseaux sociaux et analyser le trafic. Merci de cliquer sur le bouton ci-dessous pour donner votre accord.