Compans ► Une classe de primaire menacée de fermeture : le maire est en colère

[Vidéo]

L'école Jean de La Fontaine, à Compans risque de perdre une classe à la rentrée de septembre. Le maire, Joël Marion, prévoit d'aller manifester au rectorat  de Melun, Jeudi 15 février.

La fermeture de la cinquième classe de l'école Jean de la Fontaine entraînera, selon le maire du village, "des classes à triple niveau et une augmentation du nombre d'élèves de 24 à 33 par classe". Joël Marion explique : "Nous avons actuellement deux classes de maternelle et trois de primaire : un cours préparatoire, un cours élémentaire et un cours moyen. Si la décision du rectorat se confirme, il y aura une classe de CP/CE1/CE2 et une autre de CM1/ CM2". Si le maire reconnait une baisse légère du nombre d'enfants scolarisés, il conteste les prévisions du rectorat : "Ils n'ont pas pris en compte la forte augmentation de la population issue des gens du voyage en semi-sédentarisés et qui restent dans le village plusieurs mois. Celle-ci représente 40% des enfants inscrits en cours d'année à l'école".  De plus, la commune devrait passer de 809 habitants à 1 100 d'ici cinq ans.

Un appel à manifester vendredi

Une commission de la direction des services départementaux de l'Education nationale (DSDEN) devrait rendre sa décision jeudi 15 février. "Nous irons jusqu'à Melun manifester et demander à être reçus. Les banderoles et les cars sont déjà prêts" prévient le maire qui craint une situation "chaotique" si la décision de fermer une classe était confirmée. Une pétition demandant le maintien de la cinquième classe a par ailleurs été mise en ligne sur internet par les associations de parents d'élèves. Elle a recueilli, vendredi 9 février, 135 signatures.

Le maire parle de "trahison de l'Education nationale" et rappelle l'engagement d'Emmanuel Macron : "Le président de la République s'est engagé à préserver l'école primaire. On voit ce qu'il en est de ses promesses".

60% des élèves sont issus de familles défavorisées

En parallèle de son action au rectorat, le maire a écrit aux services de l'Etat pour demander que sa commune soit classée dans le réseau d'éducation prioritaire. Joël Marion indique : "60% des élèves sont issus de familles défavorisées. Nous y avons droit au même titre que la ville de Sarcelles". Le village serait en effet classé parmi les quatre derniers au classement des 42 communes de la communauté d'agglomération pour ce qui est du revenu par habitant.

 
 

Publié dansVie locale

Où trouver la version papier

Présentation1 1

 

 

 

Recevez le mensuel dans votre boîte aux lettres : abonnez-vous

Ils adhèrent

ilsadherent2

Horoscope

Sudoku

Vous souhaitez contacter Magjournal

01 60 61 79 96
 

Le mensuel n°52 : les solutions des jeux

Lire les mensuels

Go to top