Dammartin-en-Goële ► Extension de la caserne : les gendarmes devront encore attendre

La préfecture de Seine-et-Marne n'a pas validé la proposition du montagne financier pour l’extension de la caserne de gendarmerie de Dammartin-en-Goële. Le maire en a expliqué les raisons au conseil municipal, lundi 12 février.

Le dossier de l'extension des murs de la gendarmerie de Dammartin-en-Goële, qui regroupe 41 militaires, est  bloqué par le préfet, Béatrice Abovillier. « Le préfet n’est pas d’accord avec la création du SIVU (syndicat intercommunal à vocation unique) que nous avions décidé d’engager avec les communes de Longperrier et de Saint-Mard, estimant qu’il y a assez de structures communales pour réaliser ce projet » a expliqué le maire. Du coup, il a dû retirer le point qui était inscrit à l’ordre du jour de la séance de lundi soir.

« Cela n’entre pas dans la compétence de l’agglo »

Suite au refus préfectoral, la commune est dans l’embarras et le maire avoue ne pas savoir comment faire, d’autant que "la commune ne peut pas supporter à elle seule les travaux de transformation de la gendarmerie". Depuis le 1er janvier 2016, la commune fait partie de la Carpf (communauté d’agglomération Roissy Pays de France). Dès lors, la préfecture conseille au maire de se tourner vers elle pour le financement. « Je vais essayer, mais ça va être difficile car une gendarmerie n’entre pas dans la compétence d’une communauté d’agglomération » a confié Michel Dutruge.

Un projet qui a du mal à aboutir

Stéphane Jabut, élu d’opposition PS, rappelle que lorsqu’il était maire [Ndlr : de novembre 2012 à mars 2014], il avait obtenu en 2012 et 2013 un rendez-vous avec le commandement de la gendarmerie, à Meaux. « A l’époque, nous étions partis sur un montage financier similaire à celui de la commune de Saint-Soupplets » se souvient-il. Le maire se défend : « C’est exactement ce que l’on voulait faire. La division du terrain qui appartenait au collège avait été faite et le Département était d’accord. La seule façon de boucler le montage financier était de créer un SIVU. Le colonel chargé du dossier pour la gendarmerie était d’accord. Il avait même obtenu des garanties sur le projet, mais la préfecture ne veut pas de ce type de montage ».

Pour Stéphane Jabut, le projet doit être porté en investissement par l’Etat. Il constate cependant que Dammartin-en-Goële n’est pas dans les zones retenues pour l’instant par le ministère de l’Intérieur. En effet, bien que de statut militaire, les gendarmes sont placés sous la tutelle du ministre de l'Intérieur.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="74177,74176,74404"]

 

 

Publié dansVie locale

Où trouver la version papier

Présentation1 1

 

 

 

Recevez le mensuel dans votre boîte aux lettres : abonnez-vous

Ils adhèrent

ilsadherent2

Horoscope

Sudoku

Vous souhaitez contacter Magjournal

01 60 61 79 96
 

Le mensuel n°50 : les solutions des jeux

Lire les mensuels

Go to top