Meaux ► Le brie se fabrique de nouveau à Meaux : la confrérie n’aurait manqué la célébration pour rien au monde

Les salons d’honneur de l’hôtel de ville de Meaux étaient dédiés au brie de Meaux, samedi 13 octobre. Le grand maître et le grand conseil de l’ordre de la confrérie du brie ont convié les amis et les amateurs de brie au 39e concours du brie de Meaux et procédé à l’intronisation de trois nouveaux membres. Ils fêtaient aussi le retour de la fabrication de « leur » fromage », à la fromagerie de Meaux.

C’est pour fêter le renouveau de la fabrication du brie à Meaux, et l’importance du produit du terroir que la célébration avait été pensées. En effet, à la fromagerie de Meaux situés dans la zone industrielle, le brie de Meaux est à nouveau fabriqué, depuis le mois de janvier, aux côté du brie de Melun.

Les compagnons du brie de Meaux avaient prévu les choses en grand, comme le concours annuel du meilleur brie. Les bries de huit fabricants affineurs étaient en compétition cette année. Le concours comprenait deux jurys : l’un de professionnels et l’autre composé d’élèves du lycée professionnel du Gué-à-Tresmes, de Congis-sur-Thérouanne, accompagnés de deux de leurs professeurs, Evelyne Nislienovic et Frank Estoube. Tous les élèves étaient volontaires et ont expliqué leur motivation par le désir d’approfondir leurs connaissances et leur savoir faire. L’un d’eux déclare : « C’est intéressant pour notre CV et notre avenir professionnel d’avoir participé à un jury de dégustation ». Ils ont relevé, tout comme les professionnels, la difficulté de partager huit bries, tous d’excellente qualité.

Le jury de professionnels comportait, entre autre membres, Eri Hisader, japonaise, importatrice de fromages, dont la mère possède vingt-cinq fromageries au Japon et on peut le dire, les nippons sont friands de brie. Il a attribué deux accessits et trois médailles – bronze, argent et or -et c’est Olivier Morin, adjoint au maire, qui a remis les médailles et les diplômes aux lauréats. Les deux jurys ont distingué les mêmes fromages, mais pas dans le même ordre.

La confrérie des compagnons du brie de Meaux a été créée en 1992 et compte actuellement vingt-cinq membres. Sa vocation est la promotion du brie de Meaux. Trois nouveaux membres, dont un féminin, ont été intronisés lors de la cérémonie, emprunte de solennité mais chaleureuse et amicale, grâce à la verve du grand maître et du grand chambellan. Ils ont déclaré : « Il fut un temps où régnait une certaine misogynie dans notre confrérie, mais cette époque est bien révolue et nous accueillons bien volontiers des femmes. C’est même vers elles que nous axons notre recrutement ».

Birgit Schrüfer, d’origine allemande, en France depuis trente ans, écuyère dans la confrérie, s’y sent tout à fait à l’aise. Elle fait partie des premières femmes qui y ont été admises et se souvient qu’à l’époque, il manquait du tissu pour confectionner les costumes qui sont réalisés sur mesure. Elle rend hommage à la couturière, madame Dubois, qui prenait si bien en compte les desiderata de chacun en matière d’habillement. Elle est bien entendu ravie d’accueillir de nouvelles consœurs.

 

 

 

Publié dansVie locale

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

Ils adhèrent

ilsadherent2

L'agenda

Horoscope

Sudoku

Vous souhaitez contacter Magjournal

01 60 61 79 96
 

Le mensuel n°37 : les solutions des jeux

Lire les mensuels

Go to top