Mitry-Mory ► Jean-Philippe donne une nouvelle vie aux vélos [Vidéo]

Mitry-Mory ► Jean-Philippe donne une nouvelle vie aux vélos [Vidéo]

 

Jean-Philippe récupère les vélos abandonnés, les répare et les revend à prix coûtant. Le mécano du vélo a ouvert les portes de son atelier installé derrière sa maison, à Mitry-Mory, lundi 27 avril. 

 

Vingt-un vélos sont disposés chez Jean-Philippe. Certains sont désossés, d’autres en attente de réparation et une partie « prêts à pédaler ». Lors de la période de confinement, Jean-Philippe a remis en état huit vélos par mois. Les deux-roues étaient destinés à la destruction ou à la mise à la déchèterie. Pourtant, ils sont tous réparables. Jean-Philippe déclare : « Je ne supporte plus de voir des épaves de vélos en pleine nature. »

Sietrem juin 2020 articles

Le mécano change les pièces, prioritairement les roues et les freins, celles qui assurent la sécurité du cycliste, et effectue un contrôle global. Jean-Philippe répare bénévolement, par son association, Renaissance Vélo, et ne fait payer que l’achat des pièces, d’un coût moyen de soixante euros. Le Mitryen a signé un partenariat avec une enseigne d’articles de sport à Claye-Souilly afin de récupérer les bicyclettes qui devaient être mises à la décharge. 

Une conscience écologique 

L’ancien cadre dans la finance, reconverti dans l’horlogerie, a pris conscience de la nécessité de préserver l’environnement à la naissance de son petit-fils, il y a huit mois : « Je veux lui laisser une planète saine. On jette trop facilement des choses qui sont pourtant réparables. » D’ailleurs, parmi les vélos déposés chez lui, certains ont à peine roulé. Jean-Philippe veut aussi, par son action, faire plaisir et aider ceux qui en ont besoin. Il fera un don aux Cyclos Mitryens, le club de Robert Marchand. 

Jean-Philippe est devenu réparateur de vélo après une formation de trois mois.  Il exerce son métier à temps partiel. Ses deux passions, pour les deux roues et pour la mécanique, datent de son enfance : « J’ai fait de la moto pour la première fois à l’âge de dix ans. J’ai toujours aimé les moyens de transports ‘prêts à partir’. » Ses deux violons d’Ingres lui ont permis de faire deux reconversions professionnelles réussies. 

 

 

 

Dernière modification le mardi, 05/05/2020

Publié dansVie locale

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

Ils adhèrent

ilsadherent2

Horoscope

Programme TV

L'agenda

Sudoku

Vous souhaitez contacter Magjournal

01 60 61 79 96
 

Le mensuel n°27 : les solutions des jeux

Lire les mensuels

ils adhèrent

.
Go to top
Nous utilisons différentes technologies, telles que les cookies, pour personnaliser les contenus et les publicités, proposer des fonctionnalités sur les réseaux sociaux et analyser le trafic. Merci de cliquer sur le bouton ci-dessous pour donner votre accord.