Villeparisis ► Municipales : les trois candidats sont dans les starting-blocks

Villeparisis ► Municipales : les trois candidats sont dans les starting-blocks

Trois candidats s’affronteront au second tour de l’élection municipale à Villeparisis, dimanche 28 juin : Frédéric Bouche, Hervé Touguet et Claude Sicre de Fontbrune. Au premier tour en mars, l'un a obtenu 41,39% des voix, le second 35,66% et le troisième 13,64%, avec un taux d’abstention de 67,65%. 

Les trois candidats qualifiés pour le second tour des municipales ont confié leur état d’esprit par rapport à la crise sanitaire et  donné leurs positions sur différents sujets.

Le confinement

Pour Hervé Touguet, le maire en place, le confinement a été difficile puisqu’il a dû « rester présent et assurer l’essentiel avec un plan de continuité », tout en ayant été contraint de se confiner pendant trois semaines en raison de symptômes ressemblant à ceux du Covid19. Il lui a fallu gérer l’achat des masques de protection, ainsi que les nombreuses sollicitations. Il a d’ailleurs découvert des personnes investies pour s’occuper des plus fragiles et ça a été une « belle surprise ».

 

Frédéric Bouche a vécu un confinement assez « lourd pour son statut de candidat ». Il a su dès les résultats du premier tour que le second tour ne pourrait avoir lieu une semaine plus tard. Il a suspendu sa campagne, s’est mis en retrait, et a "tenu à relayer les informations relatives à la crise sanitaire". Sur le plan personnel, il est resté confiné lui aussi trois semaines à son domicile car il était possiblement vecteur de la maladie, ce qui lui a permis un « temps de respiration » et de réflexion. Il a eu comme principe de ne pas attaquer le maire pendant cette période sensible, mais il reste choqué qu’Hervé Touguet ait pu lancer des appels aux électeurs des autres candidats, et « profité de la communication institutionnelle pour se mettre en scène ». Il déplore aussi que les élus de l’opposition n’aient pas été questionnés pour les prises de décisions critiques et qu’on les ait même rejetés des actions locales.

Claude Sicre de Fontbrune s’est lui aussi senti « mis à l’écart » pendant le confinement. « Il n’y a pas eu un seul conseil municipal, ni de concertation avec les élus » regrette-t-il. Rester chez soi, mais « actif à distance », a été sa seule possibilité car ses demandes pour aider ont été refusées, même en tant qu’élu de la ville. Il ne comprend pas qu’une société extérieure ait été chargée de la distribution des masques chez les habitants alors que les élus auraient pu tout à fait s’en occuper.

La campagne du second tour

Frédéric Bouche explique : « Ce temps de confinement a été propice à d’autres types d’échanges, et nous savons comment faire cette deuxième partie de campagne ». Bien que les conditions sanitaires évoluent au jour le jour vers le déconfinement total, il ne pourra pas utiliser les « techniques habituelles », comme les meetings. Il lui faudra « innover de manière humaine ». Il annonce qu’il ne critiquera pas la gestion du temps de crise, mais il trouverait « étrange » qu’Hervé Touguet se mette en avant en vantant ses actions durant cette période. Vu son score du premier tour, il se « prépare à l’idée d’être élu, car il faut être prêt ».

Claude Sicre de Fontbrune attend les dates officielles pour vraiment démarrer la campagne du second tour. La date du 28 juin est pour lui un mauvais choix. Il s'interroge : « Comment vont être tenus les bureaux de votes ? Est-ce que la préfecture a prévu une mise sous pli ? » Il estime que « le maire n’aurait pas dû s’afficher personnellement dans sa communication municipale, "alors que les autres candidats n’ont eu aucun moyen de s’exprimer". Réaliste par rapport à son score du premier tour, il déclare : « Bouche ou Touguet, le résultat sera le même. Ils sont envoyés par des partis politiques, ce ne sont pas des enfants de la ville. Je suis le seul à être né ici, indépendant des partis politiques. L’enfer est pavé de bonnes intentions… »

Hervé Touguet, qui déclare avoir mis en stand-by sa campagne depuis une dernière publication, le 16 mars, abandonnera les méthodes classiques comme le porte-à-porte, les meetings ou les rencontres au marché. La campagne, d’une durée inhabituellement longue, se fera pour sa part principalement via internet, en évitant les attaques personnelles. Il est d’ailleurs agacé de l’usage de Facebook, à la manière d’un « café du commerce », où il est régulièrement exposé aux critiques.

Un programme adapté à l’après-crise

Claude Sicre de Fontbrune estime : "La démocratie participative est nécessaire, quand on voit qu’il n’y a pas eu de consultation pour prendre des décisions pendant le confinement. » Il compte mettre en place des réunions de quartier avec des élus de quartier, et pour soulager les ménages, il rappelle ses promesses de baisse de la taxe foncière et de baisse de la cantine de 20%.

Hervé Touguet ne tient pas à faire de modifications particulières à son programme. En revanche, il se dit inquiet quant à la capacité à le mener à bien : en effet, la crise économique qui suivra pourrait engendrer un problème de recettes, et la collectivité n’aurait alors plus les mêmes moyens d’agir. La crise du coronavirus impose déjà un coût de 200 000 euros à Villeparisis, ce qui pénalise les futures « dépenses à choix », et ce malgré quelques économies liées à l’inactivité (pas de manifestations importantes en mai et juin).

Frédéric Bouche constate que « beaucoup de personnes parlent du monde d’après », et y voit une nécessité de « changement de modèle », particulièrement à l’échelle locale. Il affirme : « Les constats de la crise sanitaire ainsi que la crise sociale à venir donnent plus de force encore à notre programme. » La participation citoyenne est particulièrement demandée selon lui. La période difficile actuelle se prête à un peu plus d’urgence pour agir. Il pense que le « pack de solidarité » prévu dans son programme, étudié pour répondre à des situations de vie exceptionnelles, aurait été utile pendant la crise.

La santé

Les trois candidats semblent tous d’accord sur la nécessité de mettre en place un établissement de santé municipal avec des médecins généralistes. Hervé Touguet souligne la difficulté de trouver des médecins pour une ville comme Villeparisis. Claude Sicre de Fontbrune propose de salarier les médecins pour les fidéliser. Frédéric Bouche pense qu’une maison de santé déjà en place pendant la crise aurait permis une meilleure prise en charge des malades et qu’un plan sanitaire doit être étudié pour de futurs évènements similaires.

L’école

Frédéric Bouche souhaite lancer, dès l'été, l’opération « Cartable de vacances » prévue dans son programme, qui permet aux enfants de préparer la rentrée, et, dans la situation actuelle, rattraper le retard scolaire accumulé pendant le confinement. Il voudrait aussi « rafraichir » les centres de loisirs.

Claude Sicre de Fontbrune veut mettre en place un plan pluriannuel pour l’accessibilité et l’isolation thermique des écoles.

Hervé Touguet propose de continuer la remise en état des écoles et de donner plus de moyens aux équipes enseignantes.

Les trois candidats aimeraient que le nouveau groupe scolaire soit rapidement terminé. Claude Sicre de Fontbrune prévient qu’il y aura probablement des problèmes de stationnement aux abords et Hervé Touguet s’attend à des retards de travaux car les entreprises du bâtiment sont en difficulté.

Le commerce

Claude Sicre de Fontbrune voudrait soutenir les commerces pendant l’après-crise, en installant par exemple des tables sur la voirie pour les restaurants. Il y a selon lui une vraie politique de commerce à mettre en place pour Villeparisis en récupérant des locaux et en aidant des jeunes à s’y installer en location, ce qui permettrait de mieux choisir l’offre commerciale correspondant à la demande des habitants.

Hervé Touguet compte accompagner aussi les commerçants en proposant au conseil municipal d’annuler la taxe terrasse pour l’année 2020, de réduire la taxe sur les enseignes et de faire un geste pour les commerçants du marché.

Frédéric Bouche pense également à des aides pour les entreprises et les commerces, et surtout à sauvegarder le marché de Villeparisis au moyen de circuits courts.

La sécurité

Hervé Touguet constate que la vidéoprotection a été utile et il poursuivra dans cette voie. Il souligne également "le travail exemplaire de la police municipale pendant le confinement".

Frédéric Bouche compte augmenter les effectifs de la police municipale et agira pour obtenir plus de policiers nationaux au sein du commissariat. Il explique que "la vidéo-protection n’est efficace que pour l’aide à l’enquête et que pour améliorer la sécurité, il faut échanger avec la population et travailler avec les habitants".

Claude Sicre de Fontbrune veut lui aussi recruter des policiers municipaux supplémentaires.

Sophie Tesa-Tari, avec sa liste Villepa Citoyens qui a obtenu 9,29% des suffrages, ne sera pas au second tour. Elle a demandé à ses électeurs de voter blanc, « puisqu’aucun candidat, ni aucun de leur programme, n'est à la hauteur de leurs attentes. »

 

 

Dernière modification le vendredi, 12/06/2020

Publié dansVie locale

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'entrer toutes les informations requises, indiquées par un astérisque (*). Le code HTML n'est pas autorisé.

Ils adhèrent

ilsadherent2

Horoscope

Programme TV

L'agenda

Sudoku

Vous souhaitez contacter Magjournal

01 60 61 79 96
 

Le mensuel n°29 : les solutions des jeux

Lire les mensuels

ils adhèrent

.
Go to top
Nous utilisons différentes technologies, telles que les cookies, pour personnaliser les contenus et les publicités, proposer des fonctionnalités sur les réseaux sociaux et analyser le trafic. Merci de cliquer sur le bouton ci-dessous pour donner votre accord.