Coupvray ► [Vidéo] Le centre de vaccination éphémère a rassemblé soignants, collectivités... et patients

Coupvray ► [Vidéo] Le centre de vaccination éphémère a rassemblé soignants, collectivités... et patients

Après Serris la semaine précédente, Coupvray a accueilli un nouveau centre de vaccination éphémère, dimanche 19 décembre. La communauté professionnelle territoriale de santé, CPTS, Liens Santé 77, en était à l’initiative et a coordonné l'organisation avec la commune.

 

Salle polyvalente de Coupvray, 8 h 30… Alors que les portes ouvraient à 9 heures, une cinquantaine de personnes attendaient déjà au petit jour et dans la brume pour accéder au centre de vaccination éphémère. A l'intérieur, trois tentes blanches étaient prêtes pour accueillir les "vaccinables". Une équipe de cinq soignants de Coupvray et d’Esbly, dont trois infirmiers et une pharmacienne, coordonnés par un médecin, s’affairaient à préparer les seringues, entre le Moderna vert et le Pfizer orange. L’organisation du centre était de leur initiative. Fédérés en CPTS, ils ont sollicité la commune pour la logistique, ainsi que l’Agence régionale de santé, quileur a attribué trois cents doses pour l’opération.

Tous ont pris sur leur temps libre, sur le jour pendant lequel ils ne reçoivent pas de patients, pour pouvoir assurer la vaccination. Une des infirmières est même venue, alors qu’elle était en vacances. Anne Gbiorczyk, vice-présidente chargée de la santé à Val d'Europe agglomération, déclare : « Les premiers à mettre en avant, ce sont les soignants de la CPTS... Ils se rendent disponibiles et montrent leur volonté d'agir dans l’intérêt général. » 

Thierry Cerri, maire de Coupvray, en est convaincu : « C’est la participation de tous à la vaccination qui permettra de sortir de la pandémie. » Il a mis à disposition de la CPTS la salle polyvalente de la commune,  ainsi que du matériel (table, chaises, réfrigérateurs…), l'accès internet et du personnel pour permettre la tenue du centre de vaccination. Robert Lasmier, conseiller municipal délégué à la santé, et des agents communaux ont œuvré à l'accueil administratif et physique du public toute la journée.

Les soignants passaient cinq à sept minutes par patient. Les étapes de l’accueil étaient classiques : inscription administrative (le Moderna n'est pas administré aux moins de 30 ans), attente, passage sous la tente pour la vaccination, puis attente post-vaccinale de surveillance. Il n’y avait pas besoin de rendez-vous pour s’y rendre, avec tout de même une priorité aux seniors, et aux personnes à risque et à mobilité réduite. Habitant à côté, la proximité du centre était un aspect pratique pour Guillaume, venu pour sa troisième dose avec ses trois enfants de 18, 19 et 20 ans, qui attendaient, eux, leur deuxième dose.

Dans la file d’attente, de nombreuses personnes se sont rendues au centre éphémère pour leur troisième dose, cinq mois après le dernier rappel. Des patients sont venus, orientés par leur médecin, comme Xavier et Holey, d'autres par des infirmiers, comme Philippe. D’autres encore ont cherché sur internet les rendez-vous les plus proches possibles en terme de délai et de kilomètres et ont découvert cette opportunité à Coupvray.

Chacun avait sa propre motivation quant à la troisième vaccination. Maryse est fataliste et lance : « Je n’en ai pas trop envie, mais vu la conjoncture… », alors que Xavier lâche avec humour : « Je suis là pour la cinquième dose », provoquant un éclat de rire général détendant l’atmosphère. Philippe, quant à lui, déclare : « Je suis à sept mois de la deuxième dose. J’ai tellement besoin de liberté qu’il n’est pas question que je perde le pass. » Ce qui rejoint ce que pensent Eric et Mirella : « On n’a pas le choix, surtout vu les dernières annonces. On ne veut pas revivre le confinement, salles de sport fermées, etc.  On est au pied du mur : on a besoin de notre liberté, donc, on le fait. »

La plupart reconnaissent le bienfait de cette initiative de centre ponctuel, mais regrettent de ne plus avoir le centre de vaccination d’Eurodisney qui prenait les patients sur rendez-vous.

Les soignants de la CTPS ont d’ores-et-déjà déjà évoqué avec les élus la possibilité d’organiser d’autres centres éphémères de vaccination sur le territoire valeuropéen.

Dernière modification le mardi, 21/12/2021

Où trouver la version papier

Présentation1 1

 

 

 

Recevez le mensuel dans votre boîte aux lettres : abonnez-vous

Ils adhèrent

ilsadherent2

Horoscope

Sudoku

Vous souhaitez contacter Magjournal

01 60 61 79 96
 

Le mensuel n°54 : les solutions des jeux

Lire les mensuels

Go to top