Imprimer cette page

ECT ► Joaquim au service VRD : de la naissance à la fermeture des sites

ECT ► Joaquim au service VRD : de la naissance  à la fermeture  des sites

 

Joaquim a une spécialité, c’est l’électricité. Sa formation initiale lui a donné toutes les armes pour devenir un expert dans le domaine. Cependant, il a, au fil du temps, appris la maçonnerie et toutes les disciplines des corps de métiers qui lui sont utiles dans son travail chez ECT.


Joaquim intervient sur tous les sites de l’entreprise. Il fait partie de l’équipe VRD, autrement dit des Voiries, Réseaux, Divers. Construction, préparation, réparation... Joaquim et ses collègues sont sur tous les fronts. Joaquim a 38 ans, il travaille au service VRD depuis six ans. Il a commencé chez ECT, il y a onze ans pour être opérateur sur un concasseur, et il a gravi les échelons grâce à ses compétences. Les sites d’ECT, il les connaît de A à Z puisqu’il les fait naître. En effet, après que la société a obtenu l’autorisation d’ouvrir un site, il faut préparer celui-ci avant d’accueillir les terres excavées des chantiers des clients du BTP. Une étape primordiale pour que les accès et les installations soient conformes à la réglementation et à l’autorisation reçue.

C’est là que les équipes VRD interviennent pour tout mettre en place : configuration des accès, réalisation des dalles de béton pour les postes de réception, création des bacs de lavage pour les roues des camions, installation des bungalows pour les équipes, délimitation du site avec du grillage, mise en place de panneaux de signalisation et de communication. Cette étape préparatoire dure environ un mois.L’équipe de Joaquim a également la charge de certains aspects de l’entretien des sites.

Il développe : « Il faut régulièrement nettoyer les fossés d’évacuation des eaux vers les ouvrages de rétention. C’est très important, en hiver, la boue risque de les boucher. Il y a aussi l’entretien des bacs de lavage. Il faut régulièrement récurer la terre qui se dépose au fond. Le nettoyage des roues des camions est primordial pour qu’en sortie de site, ils salissent le moins possible les routes. Les camions, après avoir déchargé, passent dans le bac de lavage où des jets d’eau sont projetés à hauteur des roues. » 

L’équipe VRD intervient sur tous les sites d’ECT, partout en Ile-de-France. Elle est constituée de quatre personnes qui reçoivent leur planning de Dimitri, chef de secteur et responsable VRD. Ensemble, ils font le point sur les consignes, les fournitures, les commandes et les délais de réalisation. Pour sa précieuse expérience du terrain, l’équipe VRD est consultée par d’autres services, et particulièrement par le service aménagement ainsi que les géomètres d’ECT.

Quand il faut créer une piste pour les futurs camions, grâce à ses permis spécifiques, Joaquim peut conduire des engins de chantier. Il décrit : « On doit creuser, puis on recouvre de gravats. C’est du travail de terrassement, comme de créer un pont-bascule à l’entrée du site, pour lequel il faut d’abord décaisser, mettre des cailloux, faire le compactage, placer par-dessus le treillis soudé en acier, et puis venir couvrir avec de la dalle en béton. Le plus « gros travail » est de réaliser les dalles en béton avec tous les fourreaux qui doivent passer sous la chape. »

L’équipe VRD se déplace en binôme. « Il est interdit d’intervenir seul, pour des raisons de sécurité », précise-t-il.Sur les sites ECT, les enjeux de biodiversité sont à prendre en compte et les collaborateurs y sont sensibilisés. Les compétences des équipes VRD sont réelles pour réaliser des travaux minutieux à forts enjeux. Par exemple Joaquim s’occupe de poser des clôtures anti-retour pour les amphibiens. Il explique : « Si nous sommes dans une zone où les animaux doivent être protégés, alors, nous posons un grillage de clôture. Il faut qu’il soit recourbé au niveau du sol avec de la terre par-dessus. De cette façon, les amphibiens ne peuvent pas passer en-dessous et revenir sur le site. Préserver la faune est un point considérable dans la gestion des chantiers. D’ailleurs sur les sites, nous voyons souvent des animaux sauvages. »

Joaquim va également intervenir quand l’exploitation d’un site est terminée et que l’ensemble des installations d’exploitation doit être démonté pour finaliser le nouvel usage du lieu, agricole, paysager ou sportif. Alors, Joaquim retire les bungalows, éviers, toilettes, points d’eau et d’électricité qui servaient aux employés du chantier. Il doit désassembler les ponts-bascules, les postes de réception, enlever les panneaux, tout nettoyer... puis il repart vers d’autres tâches sur d’autres sites d’ECT.

 

 

 

Publié dansVie locale