Bailly-Romainvilliers ► [Vidéo] Alix Michot, une chocolatière seine-et-marnaise engagée

Bailly-Romainvilliers ► [Vidéo] Alix Michot, une chocolatière seine-et-marnaise engagée© Magjournal 77

Alix Michot est une des rares femmes chocolatiers-confiseurs en Seine-et-Marne. Elle exerce à Torcy et vend des produits issus d’un cacao équitable. Elle participait au marché des terroirs de Bailly-Romainvilliers, samedi 19 novembre.

Alix Michot est artisan chocolatier-confiseur à Torcy. En 2020, alors qu’elle avait travaillé pendant dix ans dans le prêt immobilier, elle a décidé de changer de métier et de vivre de sa passion : le chocolat. Sa reconversion professionnelle s’est concrétisée par un CAP, passé à l’Atelier de Stéphane à Paris. Dès lors, le chocolat n’a plus eu aucun secret pour elle, qui aimait déjà le cuisiner depuis plusieurs années et en faire profiter famille et collègues. Elle a lancé son entreprise en 2021, avec le slogan « Partageons toutes les nuances de l’amour du chocolat ». En 2022, elle a été nominée au concours «Créatrices d’avenir » du réseaux Initiative Ile-de-France, dans la catégorie savoir-faire.

Alix a une particularité : elle fait partie du Club des chocolatiers engagés et n’utilise pas n’importe quelle fève de cacao. Elle veut être dans une démarche équitable. Elle explique : « Mon cacao vient d’un circuit court avec l’association des chocolatiers engagés. Celle-ci rémunère justement les familles cacaocultrices au Cameroun, qui vivent sous le seuil de pauvreté. Des confrères sont allés sur place et leur ont demandé de combien elles avaient besoin pour vivre. Nous sommes donc à 2,60 euros au lieu de 1 euro le kilo de fèves. La moyenne d’âge étant de plus de soixante ans dans les cacao cultures, cela aide les jeunes à rester dans les campagnes et à pérenniser la culture du cacao. Cela paye aussi l’école des enfants qui n’est pas gratuite. La démarche est très importante pour moi. » Pour le reste des ingrédients, elle ajoute : « J’ai à cœur de réduire l’impact de mon travail sur l’environnement. Je privilégie des matières premières locales ou françaises. »

En passionnée, elle détaille ses créations : « Le lait est à 45 %. Vous avez déjà quasiment la moitié qui est en masse de cacao avec du pur origine, du pur noir de cacao. Le noir est à 66 %, très cacaoté. » Pour les bouchées pralinées, Alix ajoute : « Il y a plusieurs étapes de production à des jours d’intervalle. Je réalise d’abord le praliné. Après, je le mélange avec du chocolat. Je le cadre, le maintiens. Puis, je le découpe en petits carrés. Après, je l’enrobe de chocolat et je fais ma finition dessus. Enfin, il y a l’emballage et l’étiquetage. Le travail est minutieux, exigeant. Le chocolat nécessite des étapes précises de température à respecter pour briller, croquer, et ne pas fondre sur les doigts. On ne s’en rend pas compte, mais c’est tout un art. »

Si Alix n’a pas de local commercial, le contact avec les clients est pourtant primordial pour elle : « Mon plaisir est de faire déguster. Voir les yeux des gens qui brillent est la plus belle reconnaissance que j’ai. »

Ses produits, disponibles en ligne, sont aussi vendus chez Ana, fromagerie à Torcy, et bientôt à l’épicerie les Indées à Meaux. Elle sera présente sur des marchés de Noël, dont ceux de Noisiel, Torcy et Champs-sur-Marne.

Dernière modification le lundi, 05/12/2022

Publié dansVie locale

Ils adhèrent

ilsadherent2

Où trouver la version papier

Présentation1 1

 

 

 

Météo

Vous souhaitez contacter Magjournal

01 60 61 79 96
 

Lire les mensuels

Go to top