Mareuil-lès-Meaux ► Ils se préparent pour le 4L Trophy

Antoine Cajeat et Guillaume Lequertier se préparent pour le 4L Trophy à Mareuil-lès-Meaux. Mains dans le cambouis et tête sur les épaules, les deux étudiants remettent sur pied la 4L qu'ils ont achetée en décembre 2015 pour qu'elle soit opérationnelle fin octobre...

Leur QG, c'est le sous-sol de la maison des parents de Guillaume, à Mareuil-lès-Meaux. Depuis qu'ils ont acheté en commun l'héroïne du raid, leur 4L, l'endroit a été transformé en atelier méca : le moteur est d'un côté, les portières de l'autre, le châssis à nu... Les boîtes à outils sont sagement posées sur les tables à tréteaux pendant que clés, burettes, chiffons, pinces et tournevis virevoltent.

"Nous y passons tous nos week-ends et le temps passe à une vitesse affolante" commentent les deux amis, tous deux élèves ingénieurs à Supméca, en Seine-Saint-Denis.

A 22 et 23 ans, ils vont réaliser un rêve de voyage. "Depuis 3 ans maintenant, je ne rêve que de voyages autour du monde à la découverte de nouvelles cultures. Le 4L Trophy permet d'allier mes passions pour les voyages et la mécanique au service d'autrui. Cette année, je me lance dans la grande aventure avec Guillaume pour surmonter tous les défis" déclare Antoine qui habite dans l'Essonne.

Pour Guillaume, c'est aussi un rêve à concrétiser : "C'est un projet entier à construire. Depuis plusieurs années, j'entends parler du 4L Trophy par des amis et à la télé. Je me lance avec Antoine, paré pour affronter tous les obstacles qui se présenteront pendant la préparation et finalement être prêt pour l’aventure en 2017.”

Une association
Les deux participants au 4L Trophy ont créé leur association, Anguille 4L team, qui formera l'équipage 731. Grâce à elle, ils vont pouvoir récolter les précieux dons qu'ils recherchent afin de sponsoriser leur périple dont le coût est estimé à 8 000 euros. Déjà, des donateurs ont payé des éléments de la voiture, comme un filtre cyclonique pour le moteur.

Départ de Paris et route jusqu’au Sud de l’Espagne pour prendre le bateau, puis les pistes du désert en plusieurs escales jusqu’à Marrakech : Antoine et Guillaume ont d'autant le sentiment de prendre part à une aventure exceptionnelle que le célèbre raid humanitaire réservé aux étudiants fêtera ses 20 ans à son prochain départ, en février.

Road-book et boussole seront des éléments essentiels dans le paquetage pour partir sur les pistes marocaines dans le désert et mener à bien la course d'orientation où l'entraide et le savoir-faire (principalement dans la mécanique, on s'en doute) tiendront une place primordiale.

D'ici là, il faudra que la 4L en relativement bon état que les deux amis ont acquise soit franchement d'attaque pour affronter le désert. Les tests devront être concluants à l'automne.

Des fournitures scolaires pour les enfants
Dans leurs bagages, la team emportera des fournitures scolaires pour les enfants dans le désert du Maroc.

Celles-ci, ajoutées aux dons en argent, participent à la scolarisation d’enfants. Trois écoles ont pu voir le jour grâce aux dons des participants du 4L Trophy de l’édition 2016. La volonté de l'association "Enfants du désert" est d’entreprendre des actions durables en accord avec la délégation marocaine de l’éducation nationale.

Soutenir l'Anguille 4L team

ici

[gallery type="slideshow" size="large" ids="29458,29457,29456,29459,29462,29510"]

Dammartin-en-Goële ► Le 4L Trophy à la Chaumière

Deux participantes au 4L trophy, dont une, Dammartinoise, ont raconté leur épopée. Samedi 26 mars, à la Chaumière, les aventurières ont répondu aux questions des jeunes, curieux du périple.

Chloé Jaffré, 22 ans, et Sarah Benessiano, 23 ans, étudiantes à la Strate Ecole de Design de Sèvres (Hauts-de-Seine), ont des souvenirs et des images plein la tête. Jeunes et moins jeunes ont été épatés en entendant toutes les péripéties qui sont arrivées aux filles entre Biarritz, le lieu de départ, et l'arrivée à Marrakech.

Les deux filles, après avoir recherché des sponsors, aménagé la 4L, récupéré les crayons, cahiers et autres dons d'habitants de Dammartin, ont pris la route vers Biarritz puis l'Espagne et la traversée pour le continent africain. Un retard dû au mauvais temps pénalisait déjà les concurrentes mais aussi de nombreux autres participants et c'est là que les filles ont fait connaissance avec six autres équipages. Le convoi s'est formé et les membres ne se sont plus quittés. La bande des sept 4L a traversé le Maroc.

"Nous étions ensemble pour les fous rires, les ennuis de moteur, les voitures ensablées, les roues déjantées, les accidents, les repas, les insolations... Tous les jours, il y avait une nouvelle galère" racontent les voyageuses.

Pendant le raid, les GPS étaient interdits. Comme les concurrents ne s'étaient pas échangés leur numéro de portable, en cas de besoin, comme par exemple faire du troc (pare-choc contre une autre pièce ou du bois pour le bivouac du soir), ils avaient recours à une ardoise sur laquelle un message était écrit. Le copilote était chargé de montrer le message à la voiture qui passait à côté d'eux.

Samedi, Michel Dutruge, le maire de Dammartin, indiquait : " Chloé et Sarah ont vécu ce qui restera un rêve pour moi. Je suis heureux qu'elles aient pu vivre cette aventure grâce à notre aide pour trouver des sponsors. Elles ont distribué aux enfants des villages tout le matériel reçu des Dammartinois (dons de matériel éducatif) qu'elles avaient entassé dans leur véhicule".

Chloé, tout sourire, explique : " On se trouvait au milieu du désert en panne ou ensablé et, tout à coup, six ou sept personnes arrivaient autour de la voiture sans que l'on sache d'où elles sortaient. Elles venaient nous aider. Ça a été une expérience enrichissante avec beaucoup d'entraide".

Sarah complète : "Dans une même journée, nous avons traversé le désert puis nous nous sommes retrouvées dans l'Atlas enneigé (avec une petite pause pour faire une bataille de boules de neige) puis de nouveau le désert. Même avec la baisse des températures en montagne, notre 4L chauffait (110 degrés). Malgré nos deux journées hors classement, nous avons terminé 1 010sur 1 200 équipages ».

Avec regret, elles ont annoncé : "La 4L, nous allons la vendre car aucune de nous ne refera l'aventure. L'année prochaine nous serons occupées chacune de notre côté. Nous espérons que la Survivor, comme on l'appelle, sera de nouveau au 4L Trophy. Nous avons déjà quelques demandes. Il ne nous reste qu'à évaluer le prix de vente".

Aprés le récit et des projections de photos, un petit goûter a été partagé et la 4L est repartie vers de nouvelles aventures.

Le raid, c'est...
L’édition 2016, la 19e du Raid 4L Trophy™, 1 200 équipages soit 2 400 participants issus de plus de 1 460 écoles, se sont élancés depuis la Halle d’Iraty, pour un village-départ unique à Biarritz, à bord de la mythique 4L. En ligne de mire, Marrakech, destination finale d’un périple de 10 jours et près de 6 000 kilomètres avalés sur les routes de France, d’Espagne et sur les pistes du Maroc. Autant d’éléments qui font du Raid 4L Trophy™ le plus grand raid étudiant d’Europe.

En plus de leur soif de grands espaces, les équipages embarquent à bord de leur 4L du matériel et des fournitures scolaires destinés aux enfants les plus démunis du Maroc. Ancrée dans l’ADN du Raid 4L Trophy™, la solidarité vis à vis des populations locales n’est pas un vain mot. En témoigne la grande émotion qui étreint chaque année les participants lors de la cérémonie de la remise des dons organisée en partenariat avec l’association « Enfants du désert », l’un des grands temps forts de l’aventure.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="22155,22159,22157"]

 

Ils adhèrent

ilsadherent2

Horoscope

Programme TV

L'agenda

Sudoku

Vous souhaitez contacter Magjournal

01 60 61 79 96
 

Le mensuel n°28 : les solutions des jeux

Lire les mensuels

ils adhèrent

.
Go to top
Nous utilisons différentes technologies, telles que les cookies, pour personnaliser les contenus et les publicités, proposer des fonctionnalités sur les réseaux sociaux et analyser le trafic. Merci de cliquer sur le bouton ci-dessous pour donner votre accord.