Champs-sur-Marne ► Au château : revivez l’Histoire grandeur nature

SORTIR -

Le château de Champs ouvre l'Histoire grandeur nature au public. Dimanche 10 juillet, les visiteurs y ont croisé des personnages du XVIIIe siècle. La rencontre vivante avec l’Histoire sous la forme d'une exposition se prolongera jusqu'au 2 novembre.

« L'exposition de costumes sur le thème de l’élégance au XVIIIe siècle, présentée jusqu’au 2 novembre. Le château de Champs accueille dans son parc une cinquantaine de membres de la Compagnie de l’Histoire et des arts. Ils reconstituent une journée d’été en 1758, sous forme de spectacle costumé et d'ateliers. Exceptionnellement, figurants et visiteurs auront la possibilité de pique-niquer sur des espaces dédiés du parc » précise Océane Derrien, chargée de communication auprès du CMN (Centre des monuments nationaux ).

Créée en août 2014, la Compagnie de l’Histoire et des arts, dont le siège est à Argenteuil (Val-d'Oise), s’associe à des événements costumés historiques. Des corsets de la Renaissance aux tenues de bain 1900 de la plage normande de Trouville, l’association illustre les multiples facettes du costume en les faisant revivre avec panache.

Loué par la Pompadour
Le château de Champs, l’un des plus beaux édifices de l’architecture classique en Ile-de-France, a tapé dans l’œil de la marquise de Pompadour (1721-1764), favorite du roi Louis XV. Elle le loue de 1757 à 1759 pour l’occuper dix-huit mois et y accomplir des embellissements intérieurs. Elle profite surtout du parc qui fait alors 600 hectares (contre 85 aujourd'hui) orné de bosquets et de statues, inspiré de Le Nôtre, le célèbre paysagiste de Louis XIV, ainsi que de la perspective exceptionnelle de 900 mètres donnant sur la Marne.
Deux heures pour s’habiller
Les visiteurs se précipitent au premier étage du château pour assister à l’habillage de la marquise de Pompadour, grande ambassadrice d’une mode française qui se voulait alors gracieuse et subtile. Pour la circonstance, pas moins de onze personnes entourent la favorite de Louis XV, dont son bon ami, le cardinal de Bernis. Il doit sa réussite à la marquise et a quitté son ambassade à Venise, où il a vécu une vie de débauche avec son ami Casanova.

« La marquise est actuellement dans un petit déshabillé. C’est un vêtement léger porté en intérieur. La séance d’habillage pouvait durer jusqu’à deux heures, avec la coiffure et le maquillage. La marquise pouvait se changer deux à trois fois par jour, passant ainsi la plupart de sa journée à la toilette. C’est pour cette raison qu’il y avait toujours du monde autour d’elle pour occuper le temps : ses amis, des lectrices, conteurs, musiciens » commente Fanny Wilk, présidente de la Compagnie de l’Histoire et des arts.

Chemise de corps pour protéger les vêtements de la transpiration, mais aussi éviter les brûlures car les habits étaient cintrés, passage des petits paniers, jupe extérieure, corset à baleines et, enfin, la robe en soie délicatement rehaussée de fine dentelle blanche. Particularité sous le règne de Louis XV, la robe était lacée dans le dos. « Il faut savoir qu’à cette époque, certaines robes coûtaient le prix d’un petit château » poursuit Fanny.

Jeux et déjeuner
Agnès est venue de Sarcelles (Val-d’Oise) avec Éric, son époux, et Romane, sa dernière fille âgée de 11 ans. Dans le parc, elle a essayé le jeu des grâces, un loisir qui se pratiquait sous l’ancien régime avec un petit cerceau et deux bâtonnets. Il serait tombé en désuétude après la Révolution. « C’est la première fois que l’on vient ici. On a vu qu’il y avait de nombreux ateliers, maquillage, botanique, jeux d’intérieur et d’extérieur, et l’on a prévu de pique-niquer dans le parc vu que l’on a l’autorisation. C’est agréable de lier la culture, le plaisir et le beau temps. A 40 km de Paris, on se croirait vraiment en vacances » s’enthousiasme Agnès.
Dans la peau d’une vicomtesse
Qu’ils soient membres d’une association ou simples reconstituants, tous les figurants sont passionnés par l’Histoire. Lorrain, alias Thierry, 40 ans, habite à Torcy. Il s’affaire en vue de dresser le couvert de la vicomtesse Acary-de-la-Rivière, l’une des prestigieuses invitées de la Pompadour. Le fidèle valet a choisi d'installer sa maîtresse dans un petit espace ombragé, à l'entrée du parc. « Il faut excuser Lorrain, il débute à mon service et a encore beaucoup à apprendre » justifie la vicomtesse, alias Irène, 60 ans. Elle est également reconstituante indépendante et est venue de Paris pour incarner un personnage qui lui est cher. Avec beaucoup de classe et sans jamais se départir d’un sens aigu de l’humour, elle incarne magistralement une aristocrate de haut rang, tenant plus à son personnage qu’à son costume. « C’est devenu une vraie passion. A force d’effectuer des recherches, je sais beaucoup de choses sur elle. C’est réellement fascinant, au travers du moindre geste, j’ai l’impression de la faire revivre ! »

L'opération est à l'initiative du CMN qui, depuis 1974, gère le château, le restaure, et y accueille le public.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="28459,28460,28458,28433,28461,28462,28464,28465,28467,28466,28468,28469,28470,28471,28473,28472"]

 

Monthyon ► Le parc du château a ouvert pour la fête des jardins

L’ancien château de Jean-Claude Brialy a ouvert ses jardins au public dimanche 5 juin à l'occasion de la fête des jardins.

Malgré les intempéries de ces derniers jours, les jardiniers de la Ville de Meaux ont réussi à rendre au parc toute sa beauté. Dimanche, les visiteurs ont pu parcourir les allées et profiter des animations proposées ainsi que découvrir le musée dédié à l’artiste, Jean-Claude Brialy, qui a laissé son empreinte dans les lieux légués à la Ville de Meaux.

Ils ont pu croiser les chanteurs de rues Éric et Valérie venus de Rampillon, interprétant au son de leur orgue de Barbarie des airs anciens repris par les promeneurs. Les artistes déclarent : « Notre passion pour le chant et les scènes de rues nous ont poussés à choisir ce mode de vie depuis vingt ans et c’est notre seule activité ».  

Christophe Verger et sa fille, de Saint-Soupplets, ont maquillé avec talent petits et grands pendant que Georges Mizrany, sculpteur de ballons, rencontrait un vif succès auprès des enfants. Christophe et Georges précisent : « Nous sommes membres de l’association P’tits coups de main et pouvons nous transformer en musiciens, chanteurs, photographes... Nous sommes investis dans l’aide humanitaire et l’aide aux enfants hospitalisés »

Une buvette tenue par le club de l’amitié de Monthyon proposait boissons et gâteaux.

Claude Decuypère, le maire de Monthyon, s’est réjoui du succès de la journée qui a attiré un public venu de loin grâce au retour du beau temps. « C’est une des seules manifestations maintenues dans le secteur de Meaux. Les autres ont été annulées ou reportées à cause des intempéries » a-t-il conclu.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="26182,26185,26181,26184,26183,26180,26176,26179,26178,26174,26173"]

Vaux-le-Vicomte ► A la lueur des chandelles

Imaginez un château entier et un magnifique jardin illuminés de deux mille bougies allumées pour une visite nocturne. C'est l'occasion de découvrir ou redécouvrir Vaux-le-Vicomte autrement.

Le château accueille les visiteurs  pour des soirées féériques tous les samedis, jusqu'au 3 octobre pour ses soirées nocturnes grandioses, ses fameuses soirées aux chandelles. Pour passer une soirée romantique ou bien découvrir Vaux-le-Vicomte avec une ambiance particulière et faire de magnifiques photos, c'est la sortie idéale.

Deux mille bougies allumées

A partir de 19 heures, pas moins de deux mille bougies sont allumées à l’intérieur du château ainsi que dans le magnifique jardin dessiné par Le Nôtre : un spectacle alliant charme et poésie. Ce festival de lumière est conjugué avec la diffusion de musique classique comme un voyage dans le temps.

Pour clôturer la soirée en beauté, un feu d’artifice tiré de la fontaine avec des animations pyrotechniques vous attendent. Imaginez-vous, allongé dans un transat, revivant l'histoire grâce à cette féérie lumineuse. Remontez le temps, l'espace d'une soirée, et revivez la fête de Vaux-le-Vicomte donnée par Nicolas Fouquet le 17 août 1661.

Envie de terminer cette soirée romantique en beauté ?

Optez pour le restaurant Les Charmilles. Situé au cœur des jardins, Les Charmilles vous offre une vue imprenable sur le château. Une carte raffinée ou « à la plancha » est proposée par le Chef Laurent Asset pour un dîner en terrasse dans cet incroyable cadre magique et tamisé. Bref, une atmosphère d’un romantisme absolu et inoubliable.

Infos Pratiques:Les soirées aux chandelles au château de Vaux-le-VicomteDates : tous les samedis, jusqu'au 3 octobre Horaires : de 17 heures à minuit (dernière admission à 23 heures) Possibilité de visite dès 14 heures Tarif : 19,50 € / Tarif réduit et enfant : 17,50 € Gratuit pour les moins de 6 ans. Réservation Dîner aux Charmilles : De 54,90 € à 64,90 € le menu / menu enfant à 20 €

Ils adhèrent

ilsadherent2

L'agenda

Horoscope

Sudoku

Vous souhaitez contacter Magjournal

01 60 61 79 96
 

Le mensuel n°33 : les solutions des jeux

Lire les mensuels

Go to top