×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 563

Meaux ► La statue du Maréchal Gallieni au musée de la Grande Guerre

La statue du Maréchal Gallieni a été inaugurée au musée de la Grande Guerre à Meaux, vendredi 22 janvier, par Michel Rouger, directeur du musée, accompagné de Muriel Hericher, adjointe au maire, déléguée à la culture et au patrimoine de l’agglomération.

La statue du Maréchal Gallieni, tournée vers l’est, trônait depuis plus de 80 ans sur une parcelle de terrain appartenant à la ville de Paris aux abords de la RN3, au carrefour de Trilbardou. Le carrefour est couramment appelé "Gallieni" en raison de l'implantation de la statue, même si celle-ci n'y est plus depuis janvier 2007.

Le bronze de 4,50 m de haut avait disparu du paysage après une tentative de vol. Le déboulonnement était commencé quand un cultivateur s'était aperçu des faits et les avait signalés aux autorités. L'effigie du maréchal gisait au pied de son socle. C'est vraisemblablement le métal dont la statue est composée qui intéressait les voleurs. La ville de Paris, propriétaire de la statue, avaient préféré la mettre à l'abri avant qu'elle ne soit réellement enlevée.

Conservée depuis lors à Paris, la statue du maréchal a été restaurée et a pris place au musée de Meaux le 8 décembre 2015.

Le musée de la Grande Guerre a également récupéré le double en plâtre, maintenant installé à l’intérieur du musée. « La statue du Maréchal Gallieni était effectivement au bord de la RN3 et était dirigée vers Villeroy, montrant ainsi le champ de la bataille de la Marne (Le maréchal était alors général). Avec notre mécène, France Mutualiste, nous avons retrouvé la statue dans les réserves de la ville de Paris. Nous avons pu rapatrier les deux statues au musée, l’une est en plâtre et installée sur un socle à l’intérieur du musée, l’autre, en bronze, a été mise dans le parc sur son socle » indique Jean-Christophe Ponot, président  de la société des Amis du musée de la Grande Guerre.

Le général Elrick Irastorza, président de la mission du centenaire, et Richard Pernod, représentant de France Mutualiste, mécène de l’opération (transport et installation), ont participé à la soirée inaugurale.

Une statue en résine à Trilbardou ?
Au carrefour de Trilbardou, la statue du maréchal manquaient aux usagers de la RN3. Certains se sont souvent demandé où était passé le bronze. L'un d'eux a même proposé de remplacer l'effigie en métal par la même, en résine, une manière d'honorer le chef militaire qui semblait toujours veiller sur la célèbre plaine de la bataille de la Marne. Au musée de la Grande Guerre, dorénavant, Gallieni aura aussi l'œil sur l'emplacement.

www.muséedelagrandeguerre.eu

[gallery type="slideshow" size="large" ids="17851,17854,17853,17852,17855,17858"]

Meaux ► Visite princière au musée de la Grande Guerre

C'est en petit comité que le prince Albert II de Monaco est venu visiter le musée de la Grande Guerre à Meaux, jeudi 1er octobre. Le maire, Jean-François Copé, accompagné de Jean-Pierre Verney, historien à l’origine de la collection, et de Michel Rouger, directeur du musée, a fait découvrir la Grande Guerre sur les 3 000 m2 du musée au monarque monégasque.

Le prestigieux visiteur aura apprécié la diversité de la collection unique en France, située sur le territoire historique de la Bataille de la Marne. En effet, ainsi que le prince le souligne, "son arrière-grand-père, le prince Louis II (1870-1949), s’est engagé dans l’armée française en 1914 et sa grand-mère, la princesse Charlotte (1898-1977), a servi comme infirmière dans les hôpitaux temporaires pour les blessés de guerre".

 

 

Meaux ► Journées du patrimoine : Le musée de la Grande Guerre gratuit

Entrée gratuite au Musée de la Grande Guerre pendant les journées du patrimoine les 19 et 20 septembre. Retrouvez de nombreuses animations, en particulier :

Théâtre de marionnettes « La Guerre de Joseph » - à partir de 10 ans Dimanche 20, à 14 h 30. Ce théâtre de marionnettes propose des textes écrits par les poilus pour divertir leurs camarades dans les tranchées et retrouver un semblant de normalité au coeur de l’horreur. Ce spectacle, baigné dans un univers d’évasion, atteste de la force de l’imaginaire dans une situation d’oppression insupportable. par la Compagnie Rodéo d’âme.

Samedi 19 et dimanche 20 septembre de 9 h 30 à 18 h 30
À 11 Heure, 14 heures et 16 heures, visite de coulisses du musée : conserver et restaurer les œuvres

Le programme ici 

Info et réservations au 01 60 32 10 45 ou Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Ils adhèrent

ilsadherent2

L'agenda

Horoscope

Sudoku

Vous souhaitez contacter Magjournal

01 60 61 79 96
 

Le mensuel n°29 : les solutions des jeux

Lire les mensuels

Go to top