Iverny ► Martine Florençon a adressé ses vœux aux habitants

Martine Florençon, le maire du village, entourée du conseil municipal, des employés communaux et des présidentes d’associations, a souhaité une bonne année aux habitants, vendredi 29 janvier, dans l’ancien préau devenu salle des fêtes.

L’élue a rappelé les travaux finalisés et les travaux à venir pour la nouvelle année. « Nous avons démarré  l’enfouissement des réseaux, le chantier sera terminé au printemps. Une borne pour recharger les véhicules électriques sera installée devant la mairie. Les travaux de l’église, qui ont été pris en charge par les assurances, sont en bonne voie. L’échafaudage a été démonté, il reste l’enduit de soubassement à réaliser. La construction d’un bâtiment de rangement derrière l’école est lancée et permettra d'entreposer tout ce qui appartient au comité des fêtes. En ce qui concerne les activités périscolaires, 51 enfants sont inscrits sur 57.  Ils participent à des activités d’éveil et de loisir une fois par semaine. Dans le cas de la mise aux normes pour handicapés, des devis ont été demandés pour les sanitaires de l’école ». Le maire a rappelé également les problèmes que rencontre l’intercommunalité.

Le deuxième problème majeur soulevé dans le village comme dans de nombreuses autres communes est la suppression d’une classe. « Des recours ont été envoyés à l’académie. La suppression d’une classe à Iverny signifierait la fermeture définitive de l’école dans deux ans. Nous allons nous battre pour éviter cela, les enfants d’Iverny doivent être scolarisés à Iverny » déclare Martine Florençon.

La cérémonie s’est poursuivie avec la présentation de la nouvelle directrice de l’école.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="17763,17761,17759,17758"]

 

 

Charny ► En projet : un cabinet médical et une médiathèque

Xavier Ferreira, maire de Charny, a annoncé lors des vœux à la population, les projets de la commune. Parmi eux figurent un cabinet médical et une médiathèque.

Vendredi 15 janvier, à l'occasion de la cérémonie des vœux, l’élu a indiqué : "2016 a commencé avec toutes les conséquences liées à la nouvelle organisation des intercommunalités et le démantèlement de la communauté de commune. Malgré tout, nos projets avancent. Les travaux de la médiathèque vont commencer ce mois-ci, ce qui pourrait causer quelques désagréments pour les riverains de la rue Vigne-Croix. Ces travaux sont réalisés par le syndicat France et Multien. Nous avançons aussi sur l'important projet de la maison médicale. Un kinésithérapeute s’est installé depuis peu. Nous allons pouvoir travailler avec lui, les représentants du corps médical et l’architecte. Dans un autre domaine, la boulangerie va s’agrandir. Elle connaît un réel son succès auprès des consommateurs. Les travaux débuteront début février. La poste va devenir agence postale communale fin février".

En ce qui concerne la sécurité, les élus travaillent actuellement pour la mise en place de caméras de surveillance. "Nous espérons diminuer les cambriolages et les vols de voiture. En principe tout devrait être mis en place pour le mois de juin 2016".

Une autre nouveauté a été réalisée dan la commune. Il s'agit de la mise en place d'une borne pour alimenter les voitures électriques. Elle a été installée sur la place de la cantine. La borne est opérationnelle depuis la semaine dernière.

Le maire a également énuméré d'autres réalisations effectuées sur la commune : les travaux du dojo, l’aménagement de la voirie desservant le tennis couvert et le dojo, l’agrandissement de la cantine qui permet aujourd’hui d’accueillir cent enfants par service, la circulation en ville sécurisé par des bornes "chasse-roues", l’éclairage rue du stade, un panneau d’information et enfin après plus de 20 ans de services, le bon vieux chariot élévateur a été remplacé par un nouveau qui fonctionne au gaz.

Xavier Ferreira, entouré des autres élus et du conseil municipal des enfants, a mis à l’honneur Maurine Laurent, championne de France en sport équestre section poney et Alexandre Dos Santos, arrivé dans le top dix en championnat de France moto. "Ce dernier recherche des sponsors pour boucler son budget 2016" a précisé le maire.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="17230,17229,17231,17228,17227,17226,17225"]

Saint-Soupplets ► Le maire inquiet de projets de mariages "douteux"

La municipalité de Saint-Soupplets est inquiète : elle se trouve face à "des projets de mariages douteux". C'est ce que le maire, Stéphane Devauchelle, a souligné lors de la cérémonie des vœux aux habitants.

Le maire n'a pas mâché ses mots, samedi 16 janvier, dans son discours à l'occasion de la cérémonie des vœux. Il a expliqué qu'il était confronté à une série de projets de mariages qui attiraient particulièrement son attention. Sur le sujet, il a confié à magjournal : "Dernièrement, des couples sont venus me voir pour se marier mais leur situation n'est pas dans les normes et je soupçonne, dans quatre cas, les hommes de vouloir profiter de femmes auxquelles ils veulent passer la bague au doigt. Ce sont des étrangers en situation irrégulière et ils me disent que je n'ai pas le droit de les empêcher de se marier, ce qui est vrai. C'est d'ailleurs ce qu'ils m'ont répondu lors des entretiens préalables. On ne peut pas leur reprocher de connaître les lois françaises. L'un des hommes, un marocain, m'a même raconté qu'il était arrivé en France clandestinement en passant par la Turquie et la Grèce. Ça ne change rien au projet de mariage. Cependant, je me dois de protéger les femmes qu'ils veulent épouser. Ce sont des habitantes de Saint-Soupplets, seules, certaines avec des enfants, psychologiquement fragiles".

Le parquet, unique décisionnaire
Stéphane Devauchelle, face aux quatre cas similaires qu'il a rencontrés tout dernièrement, a alerté le procureur de la République, les gendarmes et le sous-préfet. Ce n'est en effet que le parquet de Meaux qui pourra déterminer si les éventuels mariés sont de bonne foi, même si ceux-ci affirment mutuellement "s'aimer".

Jean-Noël Humbert, le sous-préfet de Meaux, indique : "On ne pourra pas empêcher les gens de se marier sans avoir procédé à une enquête et encore faut-il que le résultat de celle-ci démontre la prévision d'un mariage gris. Au-delà de ça, un maire s'expose à une amende s'il s'oppose au mariage malgré un résultat d'enquête qui ne le permet pas, ou simplement si le procureur, lui, ne s'y oppose pas".

Le maire de Saint-Soupplets reconnaît qu'il devra se conformer aux textes si aucune intention des futurs époux n'a été relevée comme néfaste. Dans les cas de Saint-Soupplets, d'après le maire, les deux partis ne seraient pas complices : "Ce sont les hommes qui abuseraient de la naïveté et de la vulnérabilité des femmes, qu'ils ont rencontrées, dans chaque cas, sur Internet". Ainsi parle-t-on de "mariages gris". Quand les deux futurs mariés sont complices, c'est un "mariage blanc".

Les mariages blancs ou gris permettent aux étrangers - en situation irrégulière, ou pas - d'obtenir un titre de séjour et de bénéficier de certains droits des conjoints.

Le procureur dispose de quinze jours pour prendre une décision et déterminer s’il y a intention matrimoniale ou s’il y a tout lieu de penser qu’il s’agit d’un mariage simulé. L'entourage peut être convoqué et une enquête de voisinage effectuée.

Au-delà des quinze jours, le procureur peut prendre une décision de sursis. Le délai du sursis est d’un mois renouvelable une fois. La décision d’opposition au mariage ou d’autorisation de célébrer celui-ci doit donc intervenir au plus tard dans les deux mois.

Une maison médicale à l'étude
Les mariages douteux n'ont pas été le sujet unique du discours du maire, samedi. Parmi ceux qu'il a évoqué devant la population figurait une maison médicale : "Un projet important puisqu'il répond à une demande dans un secteur de désert médical". L'ensemble sera construit rue du Bourget, sur l'ancien site des transports Perez et comportera un parking.

[gallery type="slideshow" size="large" ids="16818,16813,16810,16811,16816,16817,16814,16815"]

Ils adhèrent

ilsadherent2

L'agenda

Horoscope

Sudoku

Vous souhaitez contacter Magjournal

01 60 61 79 96
 

Le mensuel n°37 : les solutions des jeux

Lire les mensuels

Go to top