Hélène Rousseaux

Hélène Rousseaux

Les collectivités locales concernées par des emprunts adossés à la parité euro / franc suisse, ont désormais jusqu'au 30 avril pour déposer leur demande d'aide auprès de d'Etat. Celle-ci devrait leur permettre de faire face à la hausse de leurs emprunts liée aux variations du franc suisse. Le gouvernement a doublé le fonds de soutien créé à leur attention en 2014 en portant celui-ci à 3 milliards. Cette hausse sera supportée conjointement par l’Etat et les banques.

Qu'est-ce qui a donc changé ? C’est une conséquence de la hausse du franc suisse. Les collectivités locales et les hôpitaux ayant contracté des emprunts à risque adossés à la parité euro / franc suisse font désormais face à de fortes hausses de leurs échéances de prêts et de leurs indemnités de remboursement. Pour lutter contre ces lourdes répercussions, le gouvernement a effectué une évaluation des conséquences et de consultations des acteurs concernés et a choisi de doubler les ressources du fonds de soutien aux collectivités locales touchées. Avec à la clé 1,5 milliard d’euros supplémentaires sur 15 ans. Marylise Lebranchu, ministre de la Décentralisation et de la Fonction publique, et Christian Eckert, secrétaire d’Etat chargé du Budget, ont annoncé cette décision aux associations d’élus locaux le 24 février. Les ressources supplémentaires sont apportées pour moitié par l’Etat et pour moitié par les banques et les établissements financiers.

Il faut s'inscrire Le fonds de soutien est renforcé dans ses moyens pour soutenir les collectivités locales les plus touchées par la hausse du franc suisse, qui souhaitent s’inscrire dans une démarche volontaire de réduction de leur dette à risque. La date du 30 avril 2015 pour déposer les demandes d'aide est maintenue. Les modalités précises d’évolution du dispositif pour les collectivités concernées seront prochainement discutées au conseil national d’orientation stratégique du fonds de soutien. Concernant les échéances d’intérêt les plus proches et dans l'attente de l'intervention du fonds, les emprunteurs pourront se rapprocher des banques prêteuses qui ont indiqué leur volonté de mettre en place des solutions adaptées : différés partiels de paiement, reprofilage des échéances ou autres solutions équivalentes.

Mardi 31 mars, de 10 à 19 heures, au Centquatre, 5 rue Curial, Paris 19e, métro Riquet : 6 000 offres de jobs, 40 entreprises. Le CIDJ organise en partenariat avec Pôle Emploi et le ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, la 22e édition de la journée Jobs d’été. 40 entreprises et associations proposeront des emplois sur la saison d’été principalement dans la région Ile-de-France. Parmi les postes proposés : animateur/animatrice, surveillant(e) de baignade, hôte/hôtesse d’accueil, vendeur/vendeuse, aide chargés d’assistance, employé(e) de restauration, barista, hôte/hôtesse de caisse, commis de salle, chef de rang… Une aide à la rédaction de CV, des ateliers de technique d’entretien et des conseils pour la recherche de jobs en France et à l’international seront proposés par les équipes du CIDJ et de Pôle emploi. Le guide du CIDJ Trouver un job - édition Ile-de-France est d’ores et déjà offert aux visiteurs du CIDJ et des centres d’Information Jeunesse d’Ile-de-France. Il est à feuilleter sur www.cidj.com pour des conseils sur les secteurs qui recrutent, l’organisation de sa recherche, la législation… La journée organisée à Paris par le CIDJ donnera le coup d’envoi de l’opération nationale journées Jobs d’été du réseau Information Jeunesse qui se déroulera partout en France jusqu’en juin, en partenariat avec Pôle emploi. Informations sur Twitter via #Jobsdété
Les poules ont le vent en poupe. Dans les jardins, elles font désormais partie du paysage. Quand il s'agit de les nourrir, elles sont toujours prêtes et les enfants adorent ces séances quotidiennes durant lesquelles les volatiles non seulement se laissent approcher mais viennent même courtiser une main humaine qui pourrait receler quelque miettes goûteuses.

La teneur en caféine du café varie en fonction du type de grains, du mode de torréfaction et de la méthode de préparation du café. La caféine est connue principalement pour ses effets stimulants. Chez l’adulte en bonne santé, une petite quantité peut augmenter la vigilance et la concentration. Chez d’autres personnes, elle peut par contre entraîner des effets biologiques indésirables tels que de l’insomnie, des maux de tête, de l’irritabilité et de la nervosité.

Selon Santé Canada, chez l’adulte, la caféine consommée modérément (trois tasses de café par jour) n’entraîne pas d’effets indésirables notamment en ce qui concerne le comportement (anxiété, capacité d’attention), la santé cardiovasculaire ou le cancer.

La Sécurité routière vient de sortir une application pour smartphone afin de prévenir la tentation de répondre aux appels en conduisant. Tout récent, le dispositif est déjà utilisé par des automobilistes soucieux de ne pas perdre leurs points sur leur permis et surtout d’éviter les accidents. « Téléphoner en conduisant, c'est dangereux. Malgré l’interdiction d’utiliser les appareils au volant, plus précisément de tenir le téléphone en main, les conducteurs continuent de répondre tandis qu’ils devraient être concentrés sur la route » indique-t-on à la préfecture à Melun (77). D’après le baromètre Axa prévention « les Français au volant », ceux-ci seraient 34 % à avouer se servir de leur smartphone en conduisant, même s’ils reconnaissent le danger de la pratique. La nouvelle application met le téléphone portable en veille quand on conduit et un message d’indisponibilité « bienveillant » répond dès lors à tous ceux qui appellent ou envoient un SMS, doublé d’un message d’appel à la prudence. « Je suis actuellement sur la route. En téléchargeant l’application Mode conduite, je m’engage pour une route plus sûre à ne plus téléphoner en conduisant ».

Pour télécharger l’application : http://www.securite-routiere.gouv.fr/la-securite-routiere/les-actualites/mode-conduite-la-nouvelleappli-de-la-securite-routiere-pour-se-premunir-des-dangers-du-smartphone-au-volant ou sur http://www.routeplussure.fr/

Le français est une matière très négligée par les taupins, pourtant son coefficient est élevé aux concours (4 au Concours National Commun et plus aux concours français). Le programme de français philosophie se compose de 3 oeuvres orientées autour d'un thème à étudier. Vous ferez aussi des entraînements au résumé de texte et à la dissertation (toujours autour du même thème et à partir de votre analyse des oeuvres).

Essayez de réfléchir seul au thème (Pourquoi le choix de ce thème, pourquoi ces oeuvres en particulier, les auteurs, les courants et genres littéraires, son importance dans la vie quotidienne et sa place dans l'évolution de la pensée humaine). Ensuite dégagez les idées des oeuvres relatives au thème (de préférence faites une 2e lecture crayon à la main en soulignant les passages clés et les citations à retenir pour vos dissertations futures). Enfin, vous pouvez consulter de temps à autres les analyses d'oeuvres et déjà disponibles sur le marché.

Le meilleur conseil qu'on puisse vous donner est de travailler l'écrit de français (résumé et dissertation) durant l'année de Sup, vu que l'année de Spé est très courte et on arrive à peine à y achever l'analyse des oeuvres. Certains préfèrent apprendre des dissertations toutes faites la veille du concours (si, si, ça existe), mais ça ne marche que rarement et sûrement pas aux concours français.

Alain Kalita est un "p'ti gars ordinaire". Un chaudronnier qui est parti tout seul, en aventurier, sillonner les mers du globe, sans escale. C'était en 1994.

Compans, Alain Kalita

Il n'avait qu'un rêve, construire son bateau et partir... Dans le jardin de la maison familiale où il vivait avec sa mère, à Compans, il en a d'abord bâti un puis un deuxième. Il a finalement terminé le Naïla, le voilier qui lui a fait traverser le monde.

Dans son bateau, seul sur l'eau, au milieu de l'océan, il en a vu des vertes et des pas mures. Il a même cru sa dernière heure arrivée quand le voilier s'est retourné. Alain a dû faire une escale d'un an en Nouvelle Zélande et réparer son "compagnon" de voyage.

Samedi 24 octobre, le Companais est venu raconter ses deux ans de voyage et passer le film qu'il n'a pas manqué de prendre sur le pont du bateau, à l'intérieur, la caméra ballotant au gré des flots et parfois cinglée par des vents rugissants.

Ses aventures, il les relate dans son livre "Je suis né deux fois", comme il l'explique : "Je suis né une première fois, bébé et la seconde fois quand j'ai survécu à mon naufrage. C'est Bernard qui a été mon sauveur, de loin, à la radio amateur. Il me parlait, me réconfortait, a passé des heures avec moi. Sans lui, je ne serais sans doute pas là".

Bernard, 93 ans, est venu des Deux-Sèvres assister à la soirée de projection et de dédicace de livres. C'est lui qui a assuré la liaison radio avec le navigateur pendant tout le périple,  directement ou par des intermédiaires servant de relais dans le monde.

Après la diffusion d'un reportage télévisé sur l'aventure maritime d'Alain, Corinne. subjuguée par son histoire et la coïncidence d'être née le même jour de la même année. lui écrit... Ils voyagent maintenant ensemble depuis 18 ans, ce qu'ils ont évoqué en deuxième partie de soirée.

Les participants ont acheté le premier livre ainsi que le second, "Elle rêve avec moi",  qui a reçu le prix Albatros du meilleur récit de mer en 2014 et le prix "écume de mer" en 2015.

Le succès de la soirée a témoigné de l'intérêt des Companais pour l'un des leurs. D'ailleurs, le maire, Joël Marion, indique : "J'ai l'intention de mettre les gens du village en valeur. Il y en a pas mal qui ont des choses fantastiques à partager et ce genre de soirée devrait se renouveler."

La municipalité avait organisé l'événement avec le concours de Dominique Dubel à travers son entreprise DD-consultancy.

[gallery size="large" ids="12318,12320,12319"]

Ils adhèrent

ilsadherent2

L'agenda

Horoscope

Sudoku

Vous souhaitez contacter Magjournal

01 60 61 79 96
 

Le mensuel n°37 : les solutions des jeux

Lire les mensuels

Go to top